Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2017

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'oeuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2012/2013 - Internat d'excellence ; écriture d'invention poétique
 Suite aux visites des musées Picasso et d'archéologie d'Antibes, où le thème de la sirène fut récurrent au cours des deux visites, le sujet suivant a été proposé aux élèves : 

Relisez attentivement Ondine, d’Aloysius Bertrand (GT2) (voir poème ci-dessous). Composez à votre tour un poème en prose, traitant de la thématique de votre choix (dans les limites des convenances scolaires, naturellement), et obéissant aux contraintes suivantes :


  1. Votre texte devra être de registre lyrique.

  2. Votre production sera composée, comme Ondine, de cinq strophes ou paragraphes, à peu près d’égale longueur, et terminé(e)s par une ponctuation forte.

  3. Le poème se décomposera en deux parties typographiquement distinctes, séparées par une étoile. (Les trois premières strophes et les deux dernières séparées d’une étoile.)

  4. Les trois premiers paragraphes seront rédigés entre guillemets, au discours direct : un personnage s’adresse à un autre, en le tutoyant.

  5. Les deux dernières strophes seront au discours indirect : ce n’est plus le même personnage qui parle, c’est le poète (vous, ou votre « narrateur-poète ») qui commente ce qui vient d’être dit, et qui parle du personnage à la troisième personne du singulier (comme dans Ondine).

  6. Vous utiliserez l’anaphore d’un verbe à l’impératif dans au moins deux paragraphes, comme dans le poème initial.

  7. Votre texte comportera deux allitérations et deux rythmes ternaires (au moins), à chaque fois signalés d’un signe + dans la marge. Ces deux sonorités devront pouvoir être interprétées dans la perspective du contenu de votre production.

  8. Toute référence culturelle pertinente est valorisée.



 

Ondine

 

... Je croyais entendre 
Une vague harmonie enchanter mon sommeil, 
Et près de moi s'épandre un murmure pareil 
Aux chants entrecoupés d'une voix triste et tendre. 

Ch. Brugnot. - Les deux Génies.

« Ecoute ! - Ecoute ! - C'est moi, c'est Ondine qui frôle de ces gouttes d'eau les losanges sonores de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune; et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi.

» Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant, chaque courant est un sentier qui serpente vers mon palais, et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le triangle du feu, de la terre et de l'air.

» Ecoute ! - Ecoute ! - Mon père bat l'eau coassante d'une branche d'aulne verte, et mes sueurs caressent de leurs bras d'écume les fraîches îles d'herbes, de nénuphars et de glaïeuls, ou se moquent du saule caduc et barbu qui pêche à la ligne ! "

*

Sa chanson murmurée, elle me supplia de recevoir son anneau à mon doigt pour être l'époux d'une Ondine, et de visiter avec elle son palais pour être le roi des lacs.

Et comme je lui répondais que j'aimais une mortelle, boudeuse et dépitée, elle pleura quelques larmes, poussa un éclat de rire, et s'évanouit en giboulées qui ruisselèrent blanches le long de mes vitraux bleus.

Aloysius BERTRAND, Ondine (in Gaspard de la nuit).







Devoir de Victoria Y. : 

Poème en prose sur le modèle d' Ondine d'Aloysius Bertrand (in Gaspard de la nuit)


 

Un sentiment


« -Attends ! -Attends ! Ne pars pas maintenant : écoute-moi, ne m'abandonne pas avec le silence. Les diamants de la nuit se moquent de moi : je ne peux ressembler à celui qui brille de mille éclats ; pourtant, je veux être digne de ce roi qui sommeille pour le moment.


» Tes yeux se ferment ? Alors ne me regarde pas, je te guiderai au son de ma voix. Demande-lui de t'accorder un moment, et dis lui ce que je ressens. Apporte-lui les rayons de ce doux sentiment.


» -Attends ! Attends ! S'il te plaît, ne me laisse pas ! Nous sommes lundi maintenant : c'est mon jour de chance. Mais je dois m'éclipser dans peu de temps. Je t'en supplie, fais-moi cette promesse : dis-lui que je le chéris, je l'aime, je l'adore. Je désire seulement un messager : toi, et non pas ce traître de vent.


*


La Lune amoureuse disparaît ; elle veut que je conte ses sentiments au Soleil, levant. Mais je pars moi aussi : un voile blanc, il n'y a plus rien, le néant vaste et noir, je m'engouffre totalement.


Et d'une dernière pensée, d'un dernier souffle, je prie pour elle : j'espère qu'un jour elle comprendra ce sentiment ; car l'amour ne nous attend pas : il nous ensorcelle, nous foudroie, nous fait du mal et puis s'en va.


Assonance en [ã] : signe du temps qui passe sans jamais s'arrêter ; la Lune se couche alors que le Soleil se lève, le rythme de tous les jours que l'on ne peut stopper.


Allitération en [s] : allitération douce, désignant le vent (« traître de vent »)


Allitération en [r] : allitération dure, signe de la mort (imminente) du narrateur + l'amour qui « foudroie » (amour dur)



Victoria Y, avril 2013.





 
 

Date de création : 18/06/2013 @ 15:06
Dernière modification : 18/06/2013 @ 15:10
Catégorie : Copies d'élèves 2012/2013
Page lue 676 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^