Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2017

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'oeuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2016/2017 - 2nde : introduction et conclusion rédigées

Introductions et conclusions rédigées

 

2ndes 4 et 5

 

Lecture analytique de l’incipit de Madame Bovary, de Flaubert (1857)

 

2nde

Séquence n°1 :

 

Comment lire un incipit?

 

Groupement de textes n°1 : Les débuts de roman.

 

Objet d'étude : Le roman et la nouvelle au XIXème siècle : Réalisme et Naturalisme.

 

Problématique : En quoi l'incipit est-il un moment de rencontre privilégié avec l'oeuvre?

 

Texte n°2 : incipit de Madame Bovary, de Gustave FLAUBERT (1857).

      Nous étions à l'Étude, quand le Proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail.
      Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tournant vers le maître d'études :
      – Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième. Si son travail et sa conduite sont méritoires, il passera dans les grands, où l'appelle son âge.
      Resté dans l'angle, derrière la porte, si bien qu'on l'apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d'une quinzaine d'années environ, et plus haut de taille qu'aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l'air raisonnable et fort embarrassé. Quoiqu'il ne fût pas large des épaules, son habit-veste de drap vert à boutons noirs devait le gêner aux entournures et laissait voir, par la fente des parements, des poignets rouges habitués à être nus. Ses jambes, en bas bleus, sortaient d'un pantalon jaunâtre très tiré par les bretelles. Il était chaussé de souliers forts, mal cirés, garnis de clous.
      On commença la récitation des leçons. Il les écouta de toutes ses oreilles, attentif comme au sermon, n'osant même croiser les cuisses, ni s'appuyer sur le coude, et, à deux heures, quand la cloche sonna, le maître d'études fut obligé de l'avertir, pour qu'il se mît avec nous dans les rangs.
      Nous avions l'habitude, en entrant en classe, de jeter nos casquettes par terre, afin d'avoir ensuite nos mains plus libres ; il fallait, dès le seuil de la porte, les lancer sous le banc, de façon à frapper contre la muraille en faisant beaucoup de poussière ; c'était là le genre.
      Mais, soit qu'il n'eût pas remarqué cette manoeuvre ou qu'il n'eût osé s'y soumettre, la prière était finie que le nouveau tenait encore sa casquette sur ses deux genoux. C'était une de ces coiffures d'ordre composite, où l'on retrouve les éléments du bonnet à poil, du chapska, du chapeau rond, de la casquette de loutre et du bonnet de coton, une de ces pauvres choses, enfin, dont la laideur muette a des profondeurs d'expression comme le visage d'un imbécile. Ovoïde et renflée de baleines, elle commençait par trois boudins circulaires ; puis s'alternaient, séparés par une bande rouge, des losanges de velours et de poils de lapin ; venait ensuite une façon de sac qui se terminait par un polygone cartonné, couvert d'une broderie en soutache compliquée, et d'où pendait, au bout d'un long cordon trop mince, un petit croisillon de fils d'or, en manière de gland. Elle était neuve ; la visière brillait.
      – Levez-vous, dit le professeur.
      Il se leva ; sa casquette tomba. Toute la classe se mit à rire. 

 

Devoir de Flavie P. :

 

Introduction

 

Le XIXème siècle en France est une période de profonds changements et d’instabilité politique. En parallèle, un nouveau mouvement appelé Réalisme apparaît dans la seconde moitié du siècle. Contrairement au Romantisme, ce mouvement culturel et artistique cherche à représenter la réalité le plus fidèlement possible sans l’idéaliser. Gustave Flaubert, un grand écrivain et romancier ayant appartenu à ce mouvement, a marqué la littérature universelle par son regard lucide, son souci de réalisme, ses analyses psychologiques et par la force de son style. Toutes ces qualités ont été retrouvées dans un de ses plus grand chef-d’ œuvres, Madame Bovary, où aucun détail n’est délaissé. Dans Madame Bovary, on découvre un incipit qui permet une rencontre privilégiée avec le reste de l’œuvre et qui prend totalement en charge le lecteur. Ce premier abord avec le roman nous permet de découvrir les coordonnées spatio-temporelles, puis un des personnages de l’histoire, qui n’a rien d’un héros et qui évoque la médiocrité.

Conclusion

                L’incipit de Madame Bovary nous présente de manière la plus réaliste possible tous les éléments dont le lecteur a besoin pour la compréhension de l’histoire. On découvre un personnage qui n’a rien d’un héros et qui est ridiculisé. De plus, un grand nombre d’éléments nous informe sur le lieu et l’époque du déroulement de l’œuvre. D’autres auteurs réalistes proposent des incipits présentant de manière similaire le lieu, l’époque et le protagoniste de leurs œuvres. Ce schéma d’incipit réaliste est retrouvé dans La cousine Bette d’Honoré de Balzac, très grand auteur réaliste caractérisé par son grand souci de précision.

 

Flavie P., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

Devoir d’Amandine R. :

 

Introduction:

           Le Réalisme fut le mouvement littéraire et artistique dominant pendant la seconde période du XIXème siècle. Il succéda et s’opposa au mouvement romantique en cassant les codes de l’idéal pour dépeindre, au premier degré, le quotidien dans ses aspects les plus médiocres et cruels. Bien qu’il puisse être qualifié de pessimiste, il ne fait que retranscrire objectivement le réel pour dénoncer implicitement des phénomènes de société. Gustave Flaubert suit ce mouvement en 1856 avec son roman Madame Bovary, en y rajoutant un niveau de précision infinie. Cette oeuvre réaliste à succès et à scandale retrace le destin d’Emma, qui, confrontée à la réalité de la vie, perd pied. Flaubert met en scène des protagonistes piètres, n’étant nullement héroïques ou honorables. A travers l’alternance de focalisation interne et zéro, l’incipit nous présente le cadre spatio-temporel dans lequel le futur mari d’Emma, Charles, est le personnage principal.

Conclusion:

              L’incipit de Madame Bovary de Gustave Flaubert, permet au lecteur une première ouverture sur le roman. Il nous apporte des informations essentielles pour nous situer dans le temps et dans l’espace tout en annonçant autour de qui tournera principalement l’histoire. Comme nous sommes dans le cadre d’un roman réaliste, l’auteur incorpore énormément de détails à son récit. Cela permet une identification du contexte encore meilleure. On peut retrouver ces descriptions méticuleuses propres au réalisme chez Georges Sand ou Balzac, lequel fut le précurseur de ce mouvement. Le Réalisme laissera bientôt place au Naturalisme avec le célèbre roman Une Vie de Guy de Maupassant qui reprendra les mêmes thématiques, comme le mariage et la place de la femme dans la société pour en faire une critique encore plus acerbe.

 

Amandine R., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Robin L. :

Introduction

             Gustave Flaubert écrit le roman Madame Bovary entre 1852 et 1856 sous le Second Empire, alors que la révolution industrielle bouleverse la société française. Ce roman se rattache au mouvement littéraire du réalisme dans lequel on retrouve d'autres grands écrivains comme Balzac, Jules Vallès, Stendhal... Puisant son inspiration dans la vie, Flaubert fait implicitement, dans son roman, une critique de la société de son époque par des références au Second Empire et à travers des personnages médiocres, sans caractère, comme Charles Bovary. A sa parution, le roman provoque un scandale et Flaubert fait l'objet d'un procès pour immoralité. Dans cet extrait, qui constitue l'incipit du roman, Gustave Flaubert décrit l'entrée d'un nouvel élève dans un collège médiocre, où les élèves, peu attentifs, sont dissipés ou endormis. On constate la présence de deux narrateurs : un narrateur interne, élève du collège, qui utilise un langage populaire et un narrateur omniscient, au langage soutenu qui semble tout connaître du personnage et du contexte de l'histoire. Cet incipit nous fait découvrir une situation et un protagoniste ridicule qui semblent refléter la société contemporaine de Flaubert.

Conclusion

 

                 L'incipit du roman Madame Bovary, s'inscrit parfaitement dans le mouvement réaliste par une description précise du contexte de l'époque, du lieu ainsi que du personnage principal, ici, banal et ridicule. Le réalisme interdit au héros présenté, d'être un exemple. Il est jugé de façon péjorative par ses camarades. Cette dimension du réalisme en est l'une des principales caractéristiques. Par la lecture de cet incipit, le lecteur est informé et plongé dans le contexte du roman, par la médiocrité du collège à l'époque contemporaine de l'auteur, il en déduit que les élèves le sont également. Honoré de Balzac, lui aussi écrivain réaliste, fait de même dans l'incipit de La Cousine Bette, avec un souci majeur du détail et des descriptions péjoratives tout aussi précises que dans cet extrait de Flaubert.

 

Robin L., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Michelle S. : 

 

Introduction

           La première moitié du XIXème siècle en France est marquée par une instabilité politique et de nombreux changements, débutant avec la fin du règne de Napoléon Ier comme Empereur des Français en 1814, et comprenant la Restauration, la Monarchie de Juillet, et la Seconde République. De plus, l’industrialisation et l’urbanisation vont bouleverser l’économie de la France. À la suite de la Révolution de 1848, qui mène à la Seconde République, le mouvement du Réalisme naît d’un besoin d’exprimer les réalités de la vie quotidienne du prolétariat, sans les adoucir ou les modifier. Les réalistes contrent le sentimentalisme du romantisme et doivent créer une réalité sociale en définissant explicitement un cadre spatio-temporel, afin de critiquer la société de l’époque. Un auteur célèbre de ce mouvement est Gustave Flaubert, qui a écrit le chef-d’œuvre Madame Bovary ; il est reconnu comme l’un des pères du réalisme. Madame Bovary est également une œuvre majeure de la littérature réaliste et française. Parue en 1857, elle raconte l’histoire d’Emma Bovary, une jeune femme déçue par sa vie monotone, qui se tourne à l’adultère pour se satisfaire. Le roman finit en tragédie avec les morts de plusieurs personnes, dont Emma elle-même fait partie. On peut donc savoir que c’est un roman réaliste. En effet, dès l’incipit, on est introduit au pessimisme du réalisme à travers le personnage de Charles Bovary, le futur mari d’Emma, et son début décevant au collège ; Flaubert va nous le présenter dans le style traditionnel du réalisme, en mettant au point le cadre spatio-temporel et sa description physique et psychologique, et en utilisant deux narrateurs différents.

 

Conclusion

                 Dans l’incipit de Madame Bovary, on retrouve de nombreuses caractéristiques du réalisme, telles qu’un grand travail de détails et de précision, dans la description aussi bien que dans la datation ; et un personnage qui ne possède pas les attributs typiques d’un héros (tels que le charme, l’intelligence, la force…) en Charles Bovary. L’imitation du réel est donc maintenue dans l’extrait, ce qui prouve qu’il est réaliste. Cet incipit n’est pas le seul qui traite ces axes d’analyse, avec par exemple celui de La Cousine Bette d’Honoré de Balzac, dans lequel le jeu de précision (possiblement encore plus que dans l’incipit de Madame Bovary) et le personnage antipathique sont présents. Cependant, avec l’arrivée des autres mouvements remplaçant le réalisme, comme le surréalisme, les codes traditionnels de la rédaction d’un incipit seront remis en cause.

 

Michelle S., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Salomé N. :

 

Introduction et  conclusion

 

         Au XIXème siècle, la révolution industrielle, les mouvements ouvriers et l’essor de la presse et des maisons d’éditions incitent les artistes à se rebeller contre le sentimentalisme romantique. Cela aboutit à un nouveau mouvement ayant pour but de produire « un effet de réel ». C’est le réalisme, mouvement artistique et littéraire caractérisé par une précision des personnages et des faits sans idéalisation et exprimant la réalité telle qu’elle est vraiment. Gustave Flaubert est l’une des figures les plus emblématiques de ce mouvement. Dans son roman Madame Bovary, qu’il achèvera après cinq ans de travail acharné, Flaubert exprime les adultères de cette femme insatisfaite par son mari. Mais le roman, jugé moralement et religieusement incorrect vaudra à Flaubert d’être blâmé. Celui-ci sera tout de même acquitté. Dans l’incipit de ce roman, l’auteur nous présente le futur mari de Madame Bovary. Nouvel élève, il est présenté comme médiocre de par son piètre accoutrement mais aussi son peu d’esprit. Dans un premier temps, Flaubert situe son roman dans le temps et l’espace puis informe le lecteur de qui est ce personnage.

 

          L’incipit de Madame Bovary rempli bien son rôle informatif puisque le lecteur y apprend tous les éléments nécessaires pour la suite du livre. Cependant il n’y apporte que le strict minimum car même si Flaubert est réaliste, il n’y a pas autant de précision de datation que chez son contemporain Balzac, par exemple, avec La Cousine Bette. Celui-ci comporte beaucoup plus de détails. D’autre part, le personnage principal, Charles Bovary est médiocre et ridicule donc comparable à celui de La Cousine Bette. Ce refus d’un personnage principal « héros » est propre au réalisme qui vise toujours à imiter la vie réelle.

 

Salomé N., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Daphné S. :

 

Introduction et conclusion de la lecture analytique de l'incipit de Madame Bovary de Gustave Flaubert :

 

              Le XIXème siècle est marqué par plusieurs événements, comme la révolution industrielle, grâce à laquelle les gens les moins éduqués, peuvent s'enrichir et devenir importants. Mais il est notamment marqué par la révolution de 1848, qui laisse naître à son lendemain le réalisme, mouvement littéraire qui consiste en décrire la réalité le plus fidèlement possible et dans ses aspects les plus médiocres. Gustave Flaubert, grand écrivain de cette période, est une des figures les plus représentatives de ce mouvement. C'est son enfance malheureuse qui l'attire vers le réalisme. Il écrit tout au long de sa vie de nombreux romans, mais son œuvre la plus connue restera Madame Bovary, qui raconte l'histoire d'une femme, ennuyée par la vie bourgeoise et qui vit un certain nombre de relations adultères… Il est donc poursuivi après publication pour atteinte aux bonnes mœurs. L'extrait auquel nous allons nous intéresser est l'incipit de ce roman, c'est-à dire le moment où nous sommes pris en charge par l'auteur. Dès les premières phrases de l’œuvre, Flaubert pose le décor de l'histoire. L'analyse de différents narrateurs permet de répondre aux questionnements du lecteur : Quand et où se passe l'histoire ? Qui sont les personnages (origine sociale, mentalité...) ? Sans répondre de manière détaillée, il nous en apporte les informations essentielles.

 

             L'histoire se passe donc à l'époque de Flaubert, plus précisément aux alentours de 1857, année de publication du roman. La scène se passe dans une salle de classe, où on rencontre Charles Bovary alors enfant, futur mari de madame Bovary et qui sera un des personnages principaux du livre. Gustave Flaubert, comme dit précédemment, est une figure emblématique du réalisme. Il existe un grand nombre d'auteurs réalistes, mais le plus précis, considéré comme le « Maître du réalisme », reste tout de même Balzac, avec par exemple Eugénie Grandet.

 

Daphné S., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir d’Adrienne D. :

 

                      Le XIXème siècle marque le temps de la révolution industrielle et scientifique où ont eu lieu énormément de progrès et de changements. Le mouvement littéraire est passé du Romantisme au Réalisme dans la seconde moitié du siècle. Le Réalisme consiste à faire une représentation exacte et tels qu’ils sont, de la nature, des Hommes, et de la société. Gustave Flaubert a marqué la littérature universelle par la profondeur de ses analyses psychologiques et par son regard intelligent sur les comportements des individus et de la société. Son roman Madame Bovary fait preuve de son souci de Réalisme. Cet incipit informe le lecteur sur les trois axes de lecture: où se déroule l’action, à quelle époque, et enfin, qui sont les personnages et les narrateurs.

 

                              

                     Pour conclure, l’incipit de Madame Bovary de Gustave Flaubert informe le lecteur des trois axes de lecture: où se déroule l’action, à quelle époque, et qui sont les narrateurs et les personnages. Cette même structure de l’incipit peut être également retrouvée dans La Cousine Bette de Honoré de Balzac et Le rouge et le noir de Stendhal. Ces trois textes et leurs auteurs appartiennent au même mouvement littéraire, le Réalisme.

 

Adrienne D., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Matteo F. :

 

Introduction :

                Le XIXème siècle est le siècle du renouveau et de la modernisation de la société et ce pour plusieurs raisons. Suite à la Révolution Française de 1789 et aux philosophes des Lumières, de nouvelles idées politiques et artistiques émergent. La Seconde République est connue pour le suffrage universel masculin en 1848 qui marque une avancée vers la démocratie. De plus, la révolution industrielle a provoqué un essor économique incroyable permettant à de nombreuses personnes peu qualifiées et peu méritantes de faire fortune. Aussi, apparait dans ce contexte un mouvement littéraire qui vise à représenter la nature, les hommes et la société de la manière la plus exacte possible, même si celle-ci est rude voire médiocre : c’est le Réalisme. Gustave Flaubert appartenait à ce mouvement. Ce célèbre auteur a eu une existence triste et sombre marquée par les décès de nombre de ses proches et par son endettement le conduisant vers le réalisme. Dans l’incipit de Madame Bovary, œuvre majeur de Flaubert publiée en 1857, l’auteur présente l’arrivée d’un garçon a l’école dont nous ne connaissons pas le nom, mais sa description respecte parfaitement le réalisme bien qu’il  y ait peu d’indications précises. En effet, les éléments qui déterminent l’espace spatio-temporel et les personnages sont peu nombreux mais suffisants. Premièrement, l’époque est déterminée par plusieurs indices assez précis. En revanche, le lieu où se déroule cette scène est assez flou, peu indiqué. Enfin nous nous intéresserons au personnage principal, assez mystérieux, mais aussi au choix du narrateur plutôt surprenant.

 

Conclusion :

                L’incipit de Madame Bovary remplit intelligemment son rôle. Premièrement, Flaubert donne assez d’éléments au lecteur, notamment sur la date approximative de l’incipit qui est celle de la publication du roman (1857). Cette information sert à situer la scène afin que le lecteur la comprenne. Néanmoins, l’auteur sème le doute sur certains aspects et en particulier sur le personnage principal, Charles. Ce procédé va inciter le lecteur à poursuivre sa lecture afin de répondre à ses interrogations. Nous remarquons aussi clairement les détails dans la description physique du personnage propre au Réalisme. En revanche, Flaubert est moins précis que de Balzac, reconnu pour son souci du détail. Le personnage principal de cet extrait, le garçon, est d’emblée ridiculisé par sa description dépréciative qui inspire presque le dégout. L’adolescent est même rejeté par la classe. Cette présentation du personnage typique du Réalisme a pour but de critiquer une société où il existe deux classes bien distinctes : les pauvres paysans ou ouvriers et les bourgeois. Ici, l’auteur humilie d’entrée le garçon afin de représenter le mépris des pauvres par la classe riche. Cependant, d’autres auteurs, comme de Balzac avec la Cousine Bette, critiquent directement les hommes riches qu’il présente comme des individus sans mérite. Le Réalisme sert donc à critiquer, en partie, la société de l’époque.

Matteo F., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Sara V :                                                                                                         

 

Introduction

              Le Réalisme est un mouvement littéraire et culturel du XIXème qui s’oppose au Romantisme. Il est caractérisé par l’expression du réel sans l’idéaliser, la description des personnages avec minutie et objectivité et la représentation des classes moyennes ou populaires. Gustave Flaubert est généralement considéré comme l’un des pionniers de ce courant et est partiellement connu pour avoir écrit  Madame Bovary  en 1857. L’incipit de cette œuvre présente Charles Bovary quand il était plus jeune et le déroulement de son arrivée dans une nouvelle classe. Il exprime la médiocrité et la difficulté à s’intégrer du personnage et l’esprit de corps très fort chez les autres élèves de la classe. Il est également axé sur le lieu, l’établissement scolaire et l’époque de Flaubert, qui est le XIXème siècle.

Conclusion

         Madame Bovary  est caractéristique du mouvement réaliste, comme le montre cet extrait avec une description précise et qui reflète bien le manque de vivacité intellectuelle du « nouveau ». Il le montre aussi avec les détails précis sur le XIXème siècle, la nature de l’établissement scolaire et ses élèves peu attentifs.  Le réalisme, suivi du Naturalisme,  laisseront ensuite place au surréalisme, début XXème, mouvement défini par André Breton qui refuse toutes constructions logiques de l’esprit et dont le but est d’atteindre une surréalité, où la réalité engloberait le rêve.

 

Sara V., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Céleste L. : 

Introduction :

           Le dix-neuvième siècle est marqué par de grandes instabilités politiques et sociales. Trois monarchies, deux empires, trois révolutions et deux républiques se succèdent et c’est dans ce contexte que nait le Réalisme. Le Réalisme est un mouvement littéraire montrant la réalité tel qu’elle est, sans idéalisation ni artifice. Le mouvement figurera dans de nombreuses œuvres, tel que celles de Stendhal, Balzac et Gustave Flaubert. Ce dernier, grand écrivain réaliste français du dix-neuvième siècle, décrira la réalité sociale ordinaire, et sera accusé de son vivant de ne pas obéir aux règles traditionnelles de la narration. Après s’être séparé de sa maitresse, Louise Collet, en 1855, Gustave Flaubert s’intéressera aux relations conjugales et écrira une grande œuvre, Madame Bovary, grâce à laquelle il obtiendra la reconnaissance en tant qu’écrivain dont il a toujours rêvé. Dans l’incipit de Madame Bovary, l’auteur présente un nouvel élève, campagnard, qui rejoint une classe de cinquième et des camarades dissipés et moqueurs. Tout d’abord Flaubert annonce l’arrivée du « nouveau » avec une grande précision de la datation et du détail de la vie scolaire qui reflète son appartenance au mouvement réaliste. Puis il exploite une narration sur deux plans : interne et omniscient.

Conclusion:

            L’incipit de Madame Bovary est donc bien axé sur deux types de narration. L’un interne, dont le style familier reflète la vision moqueuse des camarades observant le « nouveau ». Et l’autre omniscient dont le style soutenu décrit avec précision le détail de la « coiffure » démodée et ridicule du jeune homme. Ce souci du détail reflète clairement le mouvement du réalisme auquel Flaubert appartenait mais rappelle surtout le style de Balzac, autre grand écrivain du dix-neuvième siècle, qui excellé dans le réalisme. Si Flaubert lui-même rejetait en partie l’appellation trop réductrice de « réaliste », il reste le premier écrivain à avoir décrit la vie en province, utilisant le langage réel des gens de province. Marcel Proust dit de lui que c’était justement cette différence qui faisait son génie. 

 

Céleste L., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir d' Inès K. : 

Introduction :

          Ce n’est qu’à partir de la deuxième moitié du XIX ème siècle que le réalisme s’impose. Parmi les évènements historiques de cette période nous pouvons citer le début du second empire et la révolution industrielle. Flaubert, l’un des plus grands auteurs réalistes, qui a vécu une vie très solitaire après le décès de ses proches, publie Madame Bovary en 1857. Ce roman raconte l’histoire d’une femme qui trompe son mari car leur relation ne correspond pas au niveau de ses attentes. L’incipit de l’śuvre décrit le portrait d’un nouvel élève (Charles, le futur mari de Madame Bovary) de manière péjorative, il adopte les codes romanesques traditionnels en nous situant dans le temps, dans l’espace et en présentant le personnage (Charles Bovary) et les narrateurs.  

Conclusion :   

 
       Cet incipit réaliste respecte donc les codes romanesques traditionnels, il répond aux questions « où », « quand » et « qui » et permet d’entrevoir deux instances narratives. Le naturalisme est le mouvement littéraire qui suit le réalisme, comme une suite logique. Cela consiste à écrire d’une manière scientifique, démontrer ou décrire des faits avec des termes propres à la science. Nous pouvons citer parmi les grands auteurs naturalistes, Maupassant et son œuvre Une vie. 

 

Inès K., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir d' Ellina D. : 

Introduction :

         Le Réalisme est un mouvement littéraire apparu au milieu du XIXème siècle, période touchée par la multiplication d’œuvres (en poésie, roman,…). Ce mouvement consiste à refléter la vérité telle qu’elle est, sans idéalisation ni artifice. Gustave Flaubert, romancier et rattaché à ce mouvement, concentre sa puissance créatrice sur Madame Bovary, œuvre qui a connu un grand succès, et qu’il mettra cinq longues  années à rédiger. Celle-ci est publiée en 1856. L’incipit de Madame Bovary se penche sur le portrait, assez dévalorisant, d’un jeune garçon, nouveau dans son collège. Dans ce passage, l’auteur nous apporte les caractéristiques nécessaires comme le lieu, l’époque, le personnage principal ou encore les différents narrateurs pour la suite de l’histoire.

            

Conclusion :

               L’incipit fait la            description d’un jeune homme, donc           sans référence avec le titre. Le lieu est déterminé dès            le début et l’époque grâce au           vocabulaire qu’emploie le narrateur.           Cette précision concernant  les informations fournies au lecteur est souvent reprise dans d’autres romans réalistes comme La Cousine Bette d’Honoré de Balzac

               

Ellina D., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir d' Alexandre V. : 

Introduction : 

 

            Le XIXème siècle est un siècle de transformation pour la France. Trois régimes politiques se succèdent avec tous une vision dissemblable sur leur manière de gouverner. A cela s’ajoute la révolution industrielle donnant à tout le monde une chance de s’enrichir. Ce siècle vit donc la naissance du réalisme, mouvement artistique ayant pour objectif de révéler la réalité telle qu’elle est même dans ses aspects les plus banals et médiocres. Un des artistes qui se rallia à se mouvement est Gustave Flaubert, ayant vécu une enfance sombre et morne étant donné que ses parents lui préféraient son grand frère. C’est pourquoi dans Madame Bovary, la réalité est présentée telle qu’elle est sans aucun enjolivement. Dans l’incipit de ce roman, un élève de cinquième décrit l’arrivée d’un nouveau dans sa classe, le portrait fait de ce nouveau est péjoratif. Vers la fin, un narrateur omniscient prend le relais. Gustave Flaubert définit le cadre spatio-temporel de ce roman en exposant les axes de lecture de manière implicite contrairement à son contemporain Honoré De Balzac, qui lui restera le maître de la précision et du détail.

 

Conclusion :

 

                  Flaubert expose ses axes de lecture de manière implicite mais avec quand même certains éléments qui permettent de faire une datation et de déterminer le lieux précisément. Il y a aussi un changement de narrateur, on passe d’un narrateur interne, un élève de cinquième qui commet des erreurs à un narrateur omniscient utilisant un vocabulaire supérieure à l’élève de cinquième. Gustave Flaubert a aussi transmis son savoir faire à Guy De Maupassant, Flaubert était son père spirituel. Guy de Maupassant était un auteur réaliste et naturaliste: le naturaliste est la suite logique du réalisme introduisant les sciences.

 

Alexandre V., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Lucie J. : 

Introduction:

              Le XIXème siècle est une époque où la France cherche un régime politique stable. Elle traverse plusieurs changement au cours de ce siècle comme le consulat et l’empire, la restauration, la monarchie de juillet et bien d’autres encore. Il se termine par la IIIème République. C’est vers la moitié du XIXème siècle que le réalisme fait son apparition. Le réalisme a pour but de faire une reproduction, la plus fidèle possible, de la réalité. Les détails sont alors indispensables. Gustave Flaubert est un représentant de ce mouvement. C’est un écrivain du XIXème siècle issu d’une famille de petite bourgeoisie. En 1857, il publie l’une de ces plus grandes œuvres, Madame Bovary. C‘est une œuvre majeure de la littérature française. Dans l’incipit de ce roman, Flaubert décide de commencer non pas par la présentation de Madame Bovary mais par le portrait de Charles Bovary, son futur mari lorsqu’il est adolescent. Cela peut paraître étonnant. Les trois axes majeurs de ce texte sont le moment, le lieu de la scène de cet incipit ainsi que la présentation du narrateur et du personnage principal. 

           

Conclusion:

                L’incipit de Madame Bovary respecte sa fonction informative car certains éléments permettent de se situer dans l’espace et d’autres dans le temps. On remarque qu’il y a deux narrateurs et deux points de vue différents. Etant donné que ce texte appartient au  mouvement réaliste, Flaubert se devait d’être précis, comme l’était encore plus Honoré de Balzac, un grand écrivain qui est une référence du mouvement réaliste. Il décrit ses romans avec beaucoup de précisions. Vers la fin du XIXème siècle, après le réalisme, le Naturalisme apparait dont Emile Zola est un grand représentant.

 

         

Lucie J., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Pierrick V. : 

 

Introduction :

 

            Au XIXème siècle, pendant la révolution industrielle et scientifique, de nombreux mouvements littéraires ont vu le jour. Comme le Réalisme qui a pour but de montrer une réalité non exagérée, qui n’épargne aucun des aspects péjoratifs de la vie. Ce mouvement est connu pour ses héros imparfaits qui manquent d’idéaux et pour sa façon de s’appuyer sur une classe sociale moyenne. Dans le roman Madame Bovary  écrit par Gustave Flaubert en 1857, il nous est montré des aspects à la fois du réalisme, un terme qui était à l’époque très nouveau, mais également quelques éléments du romantisme. On peut effectivement s’en rendre compte dans le passage marquant qu’est l’incipit de ce roman, où nous sommes invités à découvrir un personnage médiocre qui n’a pas de qualité apparente. Dans ce court passage, Flaubert nous fait découvrir avec une précision singulière au réalisme le lieu, l’époque et le personnage à travers deux narrateurs différents.

 

Conclusion :

 

            Dans le roman  Madame Bovary, Gustave Flaubert  fait de l’incipit un moment de rencontre privilégié avec l’œuvre, en nous donnant toutes les informations nécessaires pour sa compréhension, comme le lieu, l’époque et la personne. Ce niveau de description unique au réalisme reste tout de même inférieur à celui utilisé par Honoré de Balzac, particulièrement dans son incipit de La cousine Bette ou encore dans celui du Père Goriot.

 

Pierrick V., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Nicolas F. : 

 

Introduction :

 

             Le XIXème siècle en France est une période de profonds changements et d’instabilité politique. C’est pendant cette période de bouleversements que le Réalisme est né, se démarquant du Romantisme et de l’Impressionnisme, dans le but de recréer le plus fidèlement possible le monde réel, par le biais de l’écriture. Un des personnages phare de ce mouvement est Gustave Flaubert, pour qui l’écriture est le fruit d’une documentation minutieuse et d’un labeur acharné. Après cinq années de travail, il publia en 1857 Madame Bovary, une œuvre majeure de la littérature française. Dans l’incipit de ce roman, Gustave Flaubert introduit l’un des personnages principaux, Charles Bovary, futur époux d’Emma Bovary, auquel il attribue les caractéristiques d’un antihéros. L’incipit suit un déroulement chronologique structuré et axé sur la description détaillée du personnage, mais également sur un cadre spatio-temporel bien précis.

 

Conclusion :

           

                  Pour conclure, l’incipit de ce roman plonge directement le lecteur aux centres des évènements avec un début in medias res, par les descriptions minutieuses du détail et de la vraisemblance sur le personnage, le décor ainsi que l’époque. On retrouve cette précision dans de nombreuses œuvres réalistes, dont Le père Goriot, publié en 1835 par Honoré de Balzac, considéré comme l’un des initiateurs du Réalisme en littérature. 

 

Nicolas F., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir d' Erwan D. : 

Introduction et conclusion de Madame Bovary

 

            Lors du XIXème siècle, la France était déchiré entre deux Empires, avec la Chute du Second Empire en 1870, et la guerre franco-prussiennes. Heureusement, c'était un siècle d'avancées technologiques, grâce à la Révolution Industrielle. Tous ces facteurs vont faire tourner les auteurs du romantisme vers le réalisme. De montrer la médiocrité de la vie quotidienne, tout aussi bien de celle du héro. Gustave Flaubert, va se soumettre à ce style, avec son roman Madame Bovary en 1851, après le décès de son père et de sa soeur. Il va dévoiler au public, son sens assidue de l'observation psychologique de la société de l'époque et de la réalité de la vie. Dans l'incipit de Madame Bovary, on fait rencontre du futur mari de Madame Bovary, dans sa jeunesse, montrant sa médiocrité. Pour cela, il va montrer le cadre spatio-temporel en s'appuyant sur les caractéristiques physiques et mentales de son personnages, mais aussi, on va le voir à travers les différents narrateurs dans le texte.

 

 

             L'incipt de Madame Bovary, va vraiment remplir son rôle en nous présentant correctement le personnage à travers les différents narrateurs, et son cadre spatio-temporel. Flaubert va essayer de donner le plus de détails possibles. Malheureusement, il ne va pas pouvoir au niveau de Balzac en terme de détails, dans, par exemple, l'incipit de La cousine Bette, qui lui va donner beaucoup plus de détails que Flaubert.

 

Erwan D., 2nde section internationale, novembre 2016.

 

***

 

Devoir de Maelys D. : 

 

          Le XIXème siècle est le siècle de l'industrialisation, il a vu la naissance du réalisme, un mouvement artistique culturel et littéraire qui consiste à montrer la vie dans ces aspects les plus banals, médiocres. Dans les œuvres qui s'y rattachent, le héros est une personne ordinaire, voire méprisable. Gustave Flaubert est un des plus grands auteurs de ce courant, il a notamment écrit Madame Bovary  dont notre texte est tiré. Cet extrait étant un incipit, il doit donner au lecteur plusieurs informations. Premièrement nous verrons comment le narrateur expose la cadre spatio-temporel, puis les personnages et enfin les narrateurs. Ces informations permettront au lecteur de se repérer dans la suite du roman.

 

 

         Dans cet incipit, l'auteur donne au lecteur les clés pour comprendre le texte. Ici le lecteur découvre le personnage principal, le lieu de l'action, le cadre temporel et les narrateurs. On retrouve toutes ces informations dans l'incipit mais elles restent toutefois assez peu précises. Un auteur réaliste chez lequel ces informations sont encore plus précises est Balzac; comme on peut le remarquer dans l'incipit de son roman La cousine Bette, dans lequel les détails sont d'une précision extrême.

 

 

Maelys D., 2nde section internationale, février 2017.

 

 


Date de création : 11/11/2016 @ 17:55
Dernière modification : 05/02/2017 @ 17:40
Catégorie : Copies d'élèves 2016/2017
Page lue 625 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^