Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2018

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'œuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2017/2018 - Introductions en conlusions rédigées 2nde 2

 

Comment lire un incipit?

 

Groupement de textes n°1 : Les débuts de roman.

 

Objet d'étude : Le roman et la nouvelle au XIXème siècle : Réalisme et Naturalisme.

 

 

Problématique : En quoi l'incipit est-il un moment de rencontre privilégié avec l'oeuvre?

 

Texte n°3 : incipit d' Aurélien, de Louis ARAGON (1944).

 

 

Aurélien tombe amoureux de Bérénice Morel qui, de sa province, est venue passer quelques jours à Paris. Puis les circonstances de la vie éloignent les deux personnages : leur amour ne cesse pas, mais il ne peut pas non plus vraiment exister. En 1940, mobilisé, Aurélien retrouve Bérénice, qui a changé. Mais quelques heures plus tard, elle est tuée par les Allemands, en voiture.

                Voici les premières lignes du roman :

 

La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Elle lui déplut, enfin. Il n'aima pas comment elle était habillée. Une étoffe qu'il n'aurait pas choisie. Il avait des idées sur les étoffes. Une étoffe qu'il avait vue sur plusieurs femmes. Cela lui fit mal augurer de celle-ci qui portait un nom de princesse d'Orient sans avoir l'air de se considérer dans l'obligation d'avoir du goût. Ses cheveux étaient ternes ce jour-là, mal tenus. Les cheveux coupés, ça demande des soins constants. Aurélien n'aurait pas pu dire si elle était blonde ou brune. Il l'avait mal regardée. Il lui en demeurait une impression vague, générale, d'ennui et d'irritation. Il se demanda même pourquoi. C'était disproportionné. Plutôt petite, pâle, je crois… Qu'elle se fût appelée Jeanne ou Marie, il n'y aurait pas repensé, après coup. Mais Bérénice. Drôle de superstition. Voilà bien ce qui l'irritait.
Il y avait un vers de Racine que ça lui remettait dans la tête, un vers qui l'avait hanté pendant la guerre, dans les tranchées, et plus tard démobilisé. Un vers qu'il ne trouvait même pas un beau vers, ou enfin dont la beauté lui semblait douteuse, inexplicable, mais qui l'avait obsédé, qui l'obsédait encore :

Je demeurai longtemps errant dans Césarée…

En général, les vers, lui… Mais celui-ci lui revenait et revenait. Pourquoi ? c'est ce qu'il ne s'expliquait pas. Tout à fait indépendamment de l'histoire de Bérénice…l'autre, la vraie… D'ailleurs il ne se rappelait que dans ses grandes lignes cette romance, cette scie. Brune alors, la Bérénice de la tragédie. Césarée, c'est du côté d'Antioche, de Beyrouth. Territoire sous mandat. Assez moricaude, même, des bracelets en veux-tu en voilà, et des tas de chichis, de voiles. Césarée… un beau nom pour une ville. Ou pour une femme. Un beau nom en tout cas. Césarée… Je demeurai longtemps … je deviens gâteux. Impossible de se souvenir : comment s'appelait-il, le type qui disait ça, une espèce de grand bougre ravagé, mélancolique, flemmard, avec des yeux de charbon, la malaria… qui avait attendu pour se déclarer que Bérénice fût sur le point de se mettre en ménage, à Rome, avec un bellâtre potelé, ayant l'air d'un marchand de tissus qui fait l'article, à la manière dont il portait la toge. Tite. Sans rire. Tite.


 

Introduction et conclusion de commentaire sur Aurélien de Louis ARAGON (1944)

 

Devoir d’Ashley G. :

 

Introduction :

 

             Le XXème siècle a été une période fortement marquée par la peur et la violence. Elle a connu les deux guerres mondiales, dont la première la plus meurtrière considérée comme ayant été inutile et particulièrement traumatisante, le totalitarisme, les génocides, la guerre froide ainsi que la prise d’indépendance des colonies. La France et toute l’Europe étaient donc détruites et laissées en situation de crise, marquant de profondes séquelles physiques mais surtout psychologiques sur le monde. En France, on commence à s’intéresser de plus en plus à la psychanalyse, le subconscient et le rêve. D’où la naissance du surréalisme en 1924, un mouvement artistique, intellectuelle et littéraire issu du dadaïsme, qui transgresse les valeurs traditionnelles. Aurélien, une histoire d’amour entre deux êtres pendant la seconde guerre mondiale, est un très bon exemple de roman surréaliste. Il a été rédigé par le célèbre Louis Aragon qui est un des fondateurs du surréalisme. L’incipit nous présente Aurélien, un homme semblant éprouver un profond rejet pour Bérénice, qui pourtant, devient sa bien-aimée au court de l’histoire. En effet, l’auteur souligne les principales caractéristiques du surréalisme de deux manières principales. Tout d’abord, l’auteur de répond que très vaguement aux questions « Qui », « Quand », et « Où ». Nous sommes présentés à un extrait « déceptif », puisqu’Aragon transgresse les attentes traditionnelles du roman en ne respectant pas la fonction informative qu’un incipit est censé avoir. On remarque aussi qu’au travers du langage utilisé lors de la rédaction de cet incipit, Aragon remet en cause le code romanesque traditionnel pour créer « un nouveau style d’écriture ».

 

Conclusion :

 

             Dès l’incipit, Aragon nous présente les principales caractéristiques d’un roman surréaliste. La remise en cause des codes traditionnels romanesques et de la stylistique, exprime clairement l’opposition de l’auteur face aux valeurs traditionnelles littéraires. Le surréalisme ne s’étend pas seulement dans le milieu littéraire avec des auteurs comme André Breton, Philippe Soupault, ou des poètes dont Paul Eluard, mais il a aussi touché des artistes et cinématographes partout dans le monde comme notamment le peintre Dali et le scénariste Luis Buñuel.

 

Ashley G., 2nde section internationale, novembre 2017.

 

***

 

Devoir de Louise F. :

 

Introduction :

 

             Le XXème siècle a été marqué par des conflits internationaux extrêmement meurtriers tels que les deux guerres mondiales mais également par des régimes dictatoriaux d'une rare violence. En France, des événements comme l'occupation allemande, les droits progressivement acquis par les femmes au cours du siècle ou encore l'accès à l'indépendance d'anciennes colonies, ont grandement influencés les courants artistiques et littéraires du XXème tels que le dadaïsme ou le surréalisme. Ce dernier peut se caractériser par un refus de toute réalité et rationalité ainsi qu'une mise en avant du rêve et de l'inconscient. Le rejet des codes d'écriture traditionnels est également un attribut clé de ce mouvement. On retrouve ces différents aspects dans plusieurs œuvres de l'écrivain français Louis Aragon, figure emblématique du surréalisme notamment connu pour ses poèmes et ses romans. Parmi ceux-ci, Aurélien, publié en 1944, est probablement l'un des plus célèbres. Dès le début du livre, Aragon plonge le lecteur dans le surréalisme avec un incipit contraire à toutes les règles traditionnelles de l'écriture dans lequel il ne répond que très vaguement aux questions « Qui ? », « Quand ? » et « Où ? », préférant, dès les premières lignes, remettre en cause le code romanesque traditionnel ainsi que le style d'écriture de celui-ci.

 

Conclusion :

 

            Dans l'incipit d'Aurélien on retrouve bien les différentes caractéristiques du roman surréaliste puisqu'Aragon défie clairement les codes romanesques traditionnels tant en matière de style que de la structure générale de l'incipit. Des ouvrages comme Aurélien, Les Champs Magnétiques de André Breton et Philippe Soupault, ou encore Capitale de la douleur de Paul Eluard ont participé au développement du mouvement surréaliste en littérature. Mais celui-ci s'est également étendu à d'autres domaines artistiques, en France comme à l'étranger, grâce à des artistes tels que les peintres René Magritte et Salvador Dali ou encore le photographe Man Ray.

 

Louise F., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***

 

Devoir de Nina G. :

 

Introduction :

                Le XXème siècle fut une époque synonyme d’horreur en France, mais également de changements, d’avancées médicales et d’ouverture d’esprit. Les deux évènements les plus notables sont la première et la seconde guerre mondiales. En effet, ces deux conflits sont parmi les plus meurtriers et violents, et en particulier lors de la première guerre mondiale pour les soldats des tranchées. C’est après ces traumatismes que l’étude de l’inconscient prend naissance. Le but est de permettre à l’inconscient des soldats de s’exprimer, puis d’être analysé et interprété. Durant cette période, le surréalisme fait son apparition. Le surréalisme est un mouvement littéraire et artistique du XXème siècle visant à libérer la création de toute contrainte et de toute logique sur les valeurs de l’irrationnel, de l’absurde, du rêve, du désir et de la révolte. Il succède au dadaïsme. Ce mouvement fut défini par André Breton dans le Manifeste du surréalisme publié en 1924. Un de ces amis de longue date fut Louis Aragon. Tous deux faisaient partie intégrante des principaux créateurs du surréalisme. Aragon, écrivain, romancier, poète et journaliste français considère l’écriture comme une quête de soi. Révolutionnaire du mouvement littéraire, il écrit Aurélien en 1944, roman rédigé durant les années d’occupation et de résistance, à un moment où son épouse songeait à le quitter. Aurélien est un roman éponyme d’amour fondé sur un fond d’après-guerre. Il repose sur les thèmes d’êtres imparfaits, de leurs adultères, superficialités et d’ironie. Dès l’incipit, Louis Aragon introduit des éléments du surréalisme. Tout d’abord, il dénonce les méfaits du réalisme en ne donnant presque aucune information sur les personnages, le lieu et le moment de l’histoire. En effet, ce dernier remet en cause le code romanesque traditionnel. Ensuite, Aragon, fait une remise en cause du style d’écriture par des répétitions mimétiques de l’obsession d’Aurélien pour cette femme. Il y a également une remise en cause stylistique par un rythme saccadé ainsi qu’une utilisation d’un registre familier. Enfin, Aragon brouille le système de l’énonciation pour accentuer sur la remise en cause stylistique.

 Conclusion :

                L’incipit d’Aurélien présente les éléments propres au surréalisme. Nous constatons une remise en cause du code romanesque traditionnel. En effet, cet incipit est déceptif car le lecteur n’a aucune information précise pour situer le lieu, la date, ou même le portrait physique et psychologique des personnages principaux. Nous trouvons également un début paradoxal, et une remise en cause stylistique : un grand nombre de répétitions, un rythme saccadé, un registre familier ainsi qu’un brouillage du système de l’énonciation montre une nouvelle fois que ce roman est surréaliste. Depuis sa jeunesse, Louis Aragon a côtoyé de nombreux auteurs appartenant au mouvement du surréalisme tels qu’André Breton ou Paul Éluard. Tout comme lui, ces derniers font partie des fondateurs de ce mouvement.

Nina G., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***

Devoir D’Antonin S. :

 

Introduction :

Le XXème siècle fut une période extrêmement importante pour la France car deux guerres mondiales eurent lieu, terrorisant les citoyens du monde entier. De l'irrationalité et l'absurdité de la 1ère guerre mondiale s’est popularisé le mouvement littéraire du Surréalisme, dont  le principe repose sur l'irréel et le refus de toutes les constructions logiques de l'esprit. En clair, le surréalisme repose sur la croyance à une réalité supérieure. Louis Aragon était l'un des fondateurs de ce mouvement,  voulant se détacher des codes traditionnels des mouvements précédents. Il exprimait ses idées politiques  (souvent en faveur du communisme français) dans des revues, étant lui-même journaliste. L'œuvre ici étudiée est l'incipit d'un de ses romans les plus connus, Aurélien, écrit en 1944. Dès l'incipit, Aragon introduit des éléments du Surréalisme en renonçant à respecter les codes orthodoxes de la littérature française du XXème siècle. De plus, il mixe le réel et la pensée par le biais des pensées aléatoires d'Aurélien, personnage éponyme du roman. Dans un premier temps Aragon remet en cause le code romanesque traditionnel par un début déceptif et paradoxal, puis le code stylistique de l’époque, en employant des répétitions voulues ainsi que des phrases courtes et adverbales.

 

Conclusion :

L'incipit d’Aurélien s'inscrit parfaitement dans le registre du Surréalisme par ce début déceptif et paradoxal, qui remet en cause le code romanesque traditionnel, et une suite contenant des répétitions voulues ainsi que des phrases courtes et adverbales, remettant en cause le code stylistique de l’époque. A cette période, Louis Aragon côtoyait beaucoup André Breton avec qui il fonda le Surréalisme. Plus tard, avec Tristan Tzara, il anima les débuts du Dadaïsme, qui se caractérise aussi par un refus de toutes les conventions et contraintes, qu’elles soient idéologiques, esthétiques ou politiques.

Antonin S., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***

Devoir de Sophie A. : 

Introduction :

 

        Le XXème siècle fut sans doute un des siècles les plus dévastés dans l’histoire de la France. Devant subir les tourments de la Première et de la Seconde Guerre Mondiale à seulement une vingtaine d’années d’intervalle, les Français ont été marqués par les conditions abominables des tranchées et par leur soumission au Nazisme et au régime de Vichy. C’est aussi la crise économique des années 1930 et les nombreux changements politiques de l’entre deux guerres qui ont rendu la vie difficile pour la population française. Mais, c’est en 1919, au début de l’entre deux guerres, qu’est apparu le mouvement artistique du surréalisme, qui est crée afin de libérer l’homme et la littérature des morales sociales qui l’empêchent d’agir comme bon lui semble, donc de se révolter contre les oppressions de la guerre. Afin de se révolter, les auteurs surréalistes comme Louis Aragon laissaient leurs pensées inconscientes prendre le contrôle de leur écriture, se focalisant généralement sur des sujets comme le rêve, l’amour, le désir, le hasard, la folie et la femme. Ecrivain français, Louis Aragon aborda deux sujets cités précédemment, dont la folie et l’amour, dans un de ses romans les plus connus, écrit en 1944, Aurélien. Dés l’incipit, Aragon montre l’obsession de son personnage éponyme à travers la répétition constante de certains mots, et par des phrases courtes averbales qui reflètent les pensées saccadées et le flux de conscience d’Aurélien. C’est en faisant des références culturelles comme “dans les tranchées” et “Jeanne ou Marie” qu’Aragon parvient à répondre aux questions essentielles “où” et “quand?” très subtilement, afin de présenter le cadre spatio-temporel de son roman.

 

 

Conclusion :

 

          En lisant l’incipit d’Aurélien écrit par Louis Aragon en 1944, le lecteur doit légèrement creuser pour atteindre les informations essentielles du texte. Cela est intentionnel, étant donné que ce roman est surréaliste, et donc a pour but de s’opposer aux règles dites “traditionnelles” de la littérature. L’incipit confus d’Aragon donne au lecteur une envie supplémentaire de plonger dans la suite du roman, et de découvrir d’autres auteurs surréalistes comme André Breton, très bon ami de Louis Aragon, Paul Éluard et Robert Desnos.

 

Sophie A., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***

 

Devoir d'Azzurra L. : 

INTRODUCTION

              Le Surréalisme, mouvement littéraire apparu au XXème siècle, prône le refus de toute construction logiques de l’esprit et pour les valeurs de l’absurde, du rêve, du désir et de la révolte. Le siècle dont il fait partie est l’un des plus importants pour la France, ayant marqué les esprits par la première et seconde guerres mondiales, ainsi que par la Guerre Froide et la montée des régimes totalitaires. Après ces nombreux traumatismes, certains écrivains refusent les règles établies et veulent libérer l’homme des morales sociales qui le contraignent en utilisant l’art et l’irrationnel comme instrument de révolte contre la société, en créant ainsi le Surréalisme. André Breton, André Gide et Louis Aragon sont des écrivains surréalistes phares de ce mouvement, qui utilisent l’écriture automatique, rejetant tout contrôle conditionné par la raison. A travers son roman Aurélien écrit en 1944, Aragon y décrit le sentiment de l’absolu, dans la longue rêverie sentimentale de ce jeune homme bourgeois, Aurélien, qui dépeint la génération perdue et brisée par la guerre. L’incipit de ce livre s’ouvre sur une rencontre amoureuse, mais reprise sous un angle déconcertant et singulier; en effet, Aragon laisse croire qu’il s’agit d’une histoire impossible, avec la description péjorative faite par le héros sur Bérénice. Les pensées et sentiments ressentis par le personnage sont omniprésents, laissant peu de place aux descriptions détaillées, ce qui caractérise fortement le surréalisme, au contraire du réalisme. L’incipit d’Aurélien se distingue considérablement des incipits réalistes, car au contraire de ces derniers il ne répond pas aux questions « Quand? » « Où? » « Qui? », et fait preuve d’une remise en cause stylistique, ce qui a pour but de briser les codes de toutes les notions d’incipit traditionnel.

 

CONCLUSION

 

           Dans cet incipit Aragon ne nous renseigne pas vraiment sur le cadre spatio-temporel et décrit dans les grandes lignes le personnage de Bérénice, en se fondant sur l’avis non objectif d’Aurélien. La réponse à la question « Quand? » est donnée implicitement, mais reste néanmoins très vague (il s’agit de la période après la 1ère guerre mondiale). Le contexte du roman est donc très abstrait, et l’action semble débuter dès les premières lignes. Les règles de l’incipit traditionnel réaliste sont également transgressées par les répétitions nombreuses et voulues par l’auteur surréaliste, qui mimétisent le flux de conscience. Le rythme saccadé et le brouillage du système de l’énonciation, ainsi que l’oralisation du style contribuent à ce démarquement face au Réalisme. Louis Aragon a fréquenté de nombreux auteurs rattachés au Surréalisme, comme par exemple Tristan Tzara, Paul Eluard, Philippe Soupault ou encore André Breton, qui tout comme lui, préconisent dans leurs romans les caractéristiques de l’irrationnel et de l’écriture automatique.

 

 

Azzurra L., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***


Devoir d' Enzo R. : 

Introduction :

 

            Le XXème siècle est une période qui a marqué l'histoire du monde, et plus particulièrement celle de France. Ce siècle fut marqué par les deux guerres mondiales et la dominante des régimes autoritaires et totalitaires. Cette période est aussi synonyme d’innovations, tant humaines que scientifiques. On découvre la psychologie et tous les éléments gravitant autour. On constate également un changement des mentalités et des besoins ce qui conduit ici à une transgression littéraire dans le roman, comme Aragon le fait dans l’extrait proposé. Louis Aragon est un poète, romancier et journaliste français du XXème siècle. Dès sa jeunesse il montre son intérêt pour la littérature et le communisme en prenant part au Parti Communiste Français. Avec André Breton, ils sont les pères fondateurs du surréalisme, un mouvement artistique, littéraire et philosophique fondé sur le psychique et la psychologie de la personne : on va plus loin en terme d’analyse et de travail d’écriture. Dans cet extrait qui est l'incipit du roman, Aragon nous présente Aurélien lors de sa rencontre avec Bérénice. On apprend qu'au premier abord, Aurélien n'était pas attiré par Bérénice et se perd dans ses pensées : on voit sa pensée changer d'un sujet à un autre, il parle de la guerre puis aborde la pièce de Racine en faisant référence au prénom de la femme qu'il vient de rencontrer. En remettant en cause les codes du roman traditionnel et également le style d’écriture dès l'incipit, Aragon nous plonge dans le surréalisme en reprenant les caractéristiques du réalisme mais de manière plus psychologique en analysant le comportement d’Aurélien.

 

Conclusion :

 

 

            L’incipit d’Aurélien n’est pas incipit réaliste comme chez Flaubert où tout est explicitement dit. Chez Aragon, le lecteur doit chercher pour trouver des informations liées au cadre spatio-temporel de l’histoire : on ne sait précisément ni la date, ni le lieu, juste les noms des protagonistes. Dans cet extrait, Aragon remet en cause les codes du roman traditionnel en présentant un incipit différent en donnant implicitement des informations, pouvant dérouter et en remettant en cause le fonctionnement du roman et de l’incipit; lié à son mouvement littéraire, le surréalisme : la lecture de l’incipit se fait de la manière telle qu’on suit le fil conducteur de la pensée humaine qui ici, va changer maintes fois le sujet. Cette remise en cause s’accompagne d’un changement stylistique : dans l’extrait, on remarque la présence de phrases courtes, d’expressions verbales et de répétitions. On est bel et bien dans le surréalisme. Louis Aragon tient une place particulière dans le surréalisme et son existence (ainsi qu’André Breton), en effet il était un membre fondateur qui inspirera des auteurs tels que Paul Eluard et Philippe Soupault qui transmettrons l’essence du mouvement à leur manière en livrant leur interprétation du surréalisme.

 

Enzo R., 2nde section internationale, novembre 2017

 

***

 

Devoir de Leo : 

Introduction :

                Le XIX siècle fut l’un des plus importants de L’Histoire de France. Il y eut des changements dans tous les domaines. Par exemple le changements politique dans la lignée de la Révolution industrielle, mais aussi un changement littéraire ; de nouveaux mouvements firent surface comme le Surréalisme. Il repose sur le refus de toutes constructions logiques de l’esprit et sur les valeurs de l’irrationnel, de l’absurde, du rêve et de la révolte. Plusieurs auteurs se révèlent dans ce mouvement, tel que Louis Aragon, un auteur qui connut une enfance difficile mais malgré ces problèmes personnels il eût un grand succès grâce à ses écrits. L’incipit d’Aurélien a un rythme saccadé, il n’y a pas de réelles informations, selon ces dernières, on peut croire qu’Aurélien déteste Bérénice alors qu’en allant plus loin dans l’histoire on découvre en fait qu’un sentiment d’amour réunit ces deux personnages. En revanche on trouve des indices de temps et de lieu, mais toujours exprimés d’une manière très vague.  L’auteur parle seulement de littérature française de l’entre-de-guerre. Il ne décrit aussi que très vaguement le portrait psychique d’Aurélien : son obsession pour Bérénice, la guerre et son penchant pour un vers de Racine, et le portrait physique de Bérénice, un portrait très péjoratif. On peut d’ailleurs voir que l’auteur utilise beaucoup de mots et d’expressions familières. Puis Aragon désigne Aurélien par la troisième personne du singulier et brusquement ce même personnage est désigné par la première personne du singulier. C’est la volonté de transgresser les règles, Aragon a fait ce qui était inenvisageable dans un roman traditionnel.

Conclusion :

 

                Dans cet incipit, Aragon décrit vaguement la situation. Il n’y a que quelques indices spatio-temporels, comme le fait que l’histoire a lieu en France durant l’entre-deux-guerres. Les portraits physiques d’Aurélien et Bérénice sont peu présents, voire inexistants. On sait seulement qu’Aurélien a une obsession pour Bérénice, qu’il est inquiet par rapport à la situation politique française et qu’il apprécie un vers de Racine. Malgré leur, future, histoire d’amour il suffira à Aurélien de s’absenter quelques temps pour que Bérénice change. Plus tard il la reverra se faire tuer par les Allemands.

Leo, 2nde section internationale, décembre 2017
 

 


Date de création : 19/11/2017 @ 15:34
Dernière modification : 03/12/2017 @ 10:44
Catégorie : Copies d'élèves 2017/2018
Page lue 466 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^