Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2018

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'œuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2017/2018 - Dissertation 2nde 2

             Dissertation composée le 31 mai 2018

 

Sujet : le théâtre doit-il nécessairement mettre en scène des personnages et des actions hors du commun pour intéresser le spectateur ?

 

Devoir d' Ashley G. : 

 

        Le théâtre est, depuis l’Antiquité, un moyen de divertissement extrêmement populaire. Cependant, nous pouvons nous demander comment il a pu séduire autant de lecteurs et spectateurs au fil des siècles. Il est plus précisément possible de questionner si le théâtre doit nécessairement mettre en scène des personnages et des actions hors du commun pour intéresser le spectateur. En d’autres termes, est-ce qu’une pièce de théâtre doit absolument mettre en scène des éléments spectaculaires afin de divertir le spectateur ? Dans un premier temps, on prouvera que ces mises en scènes extraordinaires sont nécessaires, pour ensuite démontrer qu’il y a certaines exceptions, et que le théâtre peut se limiter à l’ordinaire sans pour autant perdre de popularité.

 

                Tout d’abord, on ne peut pas négliger le fait que la mise en scène d’éléments hors du commun est une manière efficace d’intéresser le spectateur. Le théâtre est avant tout un divertissement et ne peut pas s’imaginer sans actions ou personnages spectaculaires. La pièce
A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été) de Shakespeare en est un exemple parfait. On nous introduit à des personnages et à un monde fantastique, avec le Roi des elfes Obéron, Puck le lutin et à la Reine des Fées Titania. Cette mise en scène hors du commun permet ainsi au spectateur de se plonger dans un autre monde afin de s’échapper de la dure réalité.
                De plus, la mise en scène de personnages extraordinairement nobles crée un sentiment d’admiration envers eux chez le public. Phèdre (Phèdre, Racine), reine d’Athènes, souffre inlassablement d’un amour impossible pour son beau-fils Hippolyte à cause de sa fonction et des principes moraux. On perçoit le même effet dans Bérénice, de Corneille où Bérénice, reine de Palestine, ne peut plus revoir son amant afin qu’il puisse devenir empereur. On en retient même une citation particulièrement frappante illustrant le désarroi de Bérénice : « Que le jour recommence et que le jour finisse, sans que jamais Titus puisse voir Bérénice, sans que de tout le jour je puisse voit Titus. » Les spectateurs éprouvent donc de l’admiration et du respect pour ces personnages qui luttent noblement contre leur fatalité.
                Enfin, dans le théâtre, les situations hors du commun provoquent souvent un effet de catharsis, qui permet au spectateur de se purger de leurs émotions. Dans Horace, de Corneille, Camille lance une imprécation contre Rome pour avoir célébré la mort de son amant par Horace. Elle souhaite « voir le dernier romain à son dernier soupir, moi (Camille) seule en être cause et mourir de plaisir. » Juste après cela, Camille se fait tuer par son frère Horace, ce qui crée un vide chez le spectateur dû au lourd chargement émotionnel de la scène. Ce phénomène est aussi repérable dans Roméo et Juliette de Shakespeare, lorsque les jeunes amants se suicident. La mise en scène de situations hors du commun crée ainsi la catharsis attractive au public.

 

                Néanmoins, même si de nombreuses pièces à succès mettent scène des actions et des personnages hors du commun, d’autres pièces ont connu autant de succès sans avoir à faire de même. En premier lieu, la mise en scène de personnages banals permet au public d’éprouver de la compassion pour ceux-ci qui car ils semblent plus humains. Dans l’Ecole des Femmes de Molière, Agnès est une jeune fille de dix-sept ans naïve et candide, oppressée par l’autorité de son père adoptif Arnolphe qui veut en faire une femme sotte pour l’épouser plus tard. Les spectateurs ont pitié pour Agnès, ce qui crée une complicité entre le personnage et le public. De même dans A View from the Bridge (Vu du Pont) de Arthur Miller, un père adoptif, Eddie, tente désespérément de garder sa fille Catherine innocente et pour lui-même allant jusqu’à chasser Rodolpho son amant. Comme pour Agnès, les spectateurs ont tendance à éprouver de la compassion pour Catherine qui est forcée à rester naïve malgré sa volonté de devenir adulte.
                En outre, ces pièces peuvent amener le public à réfléchir sur la société en la critiquant ou en dénonçant des situations injustes tout en utilisant une mise en scène banale. Dans The Crucible, Arthur Miller utilise des Puritains, personnages ordinaires, pour dénoncer l’hystérie dans la société de ceux-ci à travers la chasse aux sorcières, mais aussi elle du XXème siècle avec la persécution des communistes aux Etats-Unis. Molière, lui, critique l’avarice de la société avec L’Avare, mais aussi l’hypocrisie avec Tartuffe. Enfin, dans L’Ecole des Femmes, Molière dénonce l’éducation injuste de femmes à travers un personnage borné et ridicule représentatif de certains hommes de cette période, c’est-à-dire Arnolphe. L’ordinaire est donc un moyen parfait pour faire réfléchir le public car il transforme les défauts de la société d’autant plus frappants.

 

                La mise en scène des personnages et d’actions hors du commun est une manière efficace pour attirer l’attention des spectateurs, certes, mais l’usage de la banalité dans une pièce a ses propres avantages. En fait, cette banalité devient de plus en plus populaire dans les romans au XIXème siècle avec un mouvement littéraire, le Réalisme, qui a pour but de représenter la réalité telle qu’elle est, avec des aspects ordinaires, et même souvent décevants. 

 

Ashley G., 2nde juin 2018 section internationale, juin 2018.

***

Devoir de Louise F. : 

          Le théâtre, un art qui perdure depuis l’Antiquité est, par définition, extrêmement irréaliste en raison, notamment, de ses nombreux monologues visant à exprimer les pensées d’un personnage. Il serait donc intéressant de se demander s’il est réellement nécessaire de mettre en scène des personnages et des actions hors du commun pour intéresser le spectateur. Autrement dit, au théâtre, les personnages et les différents évènements se doivent-ils d’être extraordinaires afin de captiver le public ? Il sera démontré, dans un premier temps, qu’il est parfois nécessaire que les héros ainsi que leurs actions soient hors du commun afin de captiver l’attention du public puis, que ce n’est pourtant pas toujours le cas.

 

 

           En premier lieu, il est évident que la présence d’actions ainsi que de situations hors du commun et extraordinaires va grandement favoriser l’immersion du spectateur dans l’univers de la pièce et donc l’intéresser plus facilement. Ainsi dans Macbeth, célèbre tragédie de Shakespeare, de très nombreuses scènes telles que celles représentant les trois sorcières ou les visions qui apparaissent au roi d’Écosse sortent de l’ordinaire et sont mêmes complètement invraisemblables, mais permettent au spectateur d’être totalement immergé dans l’atmosphère magique et sinistre de la pièce et donc de l’apprécier d’avantage.

            De plus, lorsque le spectateur découvre un personnage extraordinaire, aussi bien par ce qu’il a enduré au cours de la pièce ou par son caractère, il va pouvoir, à défaut de s’identifier à lui, ressentir de la compassion ou de l’admiration ce qui lui donnera l’impression de s’investir dans le destin des personnages et l’aidera donc à apprécier la pièce. On peut observer ce phénomène dans plusieurs tragédies classiques telles que Phèdre ou Bérénice de Racine, des pièce qui présentent toutes deux des héroïnes éponymes tragiques dont le sort malheureux et régit par les Dieux ne peut qu’émouvoir et captiver le public.

           Enfin, il est parfois nécessaire de recourir à des situations extraordinaires et exagérées afin de mieux faire passer un message. Eugène Ionesco avec Rhinocéros, une pièce du théâtre de l’absurde dénonçant le nazisme et la collaboration dans laquelle tous les êtres humains se transforment progressivement en rhinocéros, réussi à captiver ses spectateurs grâce à des évènements totalement irréalistes et accentue donc significativement l’importance de ce qu’il dénonce. En effet, le public, confronté à une vision si extrême des choses va être appelé à réfléchir au message du dramaturge, ce qui prouve bien encore une fois la nécessité de mettre en scène des personnages et des actions hors du commun pour captiver le spectateur.

 

 

           Même s’il est parfois indispensable de représenter des situations et des héros exceptionnels pour intéresser le public, certaines pièces de théâtre présentant des actions et personnages tout à fait ordinaires ont également connu un très grand succès. Cela peut, en premier lieu, s’expliquer par le fait que, en choisissant de mettre en scène des personnages plus ordinaires et avec des problèmes plus rationnels, le dramaturge va permettre au spectateur de s’identifier aux personnages plus aisément et donc de mieux apprécier la représentation. Ainsi, avec A View From The Bridge (Vu du Pont), une pièce de théâtre présentant des problèmes très actuels tels que l’immigration illégale ou d’autres plus intemporels comme des relations familiales conflictuelles, Arthur Miller a remporté un énorme succès malgré l’aspect tout à fait trivial des protagonistes tels que Catherine et Rodolpho, ce qui est probablement dû aux épreuves tragiques mais réalistes qu’ils endurent et qui les rendent accessibles et humains aux yeux du public qui peut se reconnaître en eux.

          De plus, de la même manière que représenter un évènement sous un jour totalement extraordinaire et incroyable peut faire prendre conscience à certains de la gravité d’un problème, mettre en scène une situation d’une manière rationnelle et ancrée dans la réalité peut également inciter le public à réfléchir vu qu’il est directement confronté à un travers de la société qui le concerne peut-être. La pièce The Crucible (Les sorcières de Salem) de Arthur Miller, malgré le fait qu’elle se déroule au XVIIème siècle, dénonce la peur irrationnelle des communistes aux États-Unis dans les années 1950. Celle-ci connaît, encore aujourd’hui, un très grand succès car elle permet au public une réflexion sur la nature humain, l’hystérie de masse ou encore la tendance des hommes à se dénoncer les uns les autres. Ainsi, il est clair qu’il n’est pas toujours nécessaire de représenter des héros ou des situations extraordinaires puisque des actions et des personnages plus ordinaires peuvent tout autant captiver et faire réfléchir.

 

 

 

             Pour conclure, même si il est parfois capital de mettre en scène des situations ou des personnages hors du commun afin d’intéresser le public, il est tout à fait possible de faire réfléchir et captiver le spectateur à travers des évènements ordinaires. Cette même problématique peut tout aussi bien être discutée dans l’optique du genre romanesque puisque celui-ci présente lui aussi des histoires extraordinaires (notamment avec le Romantisme) comme tout à fait communes (notamment avec le Réalisme) qui ont toutes connus des succès phénoménaux.

 

Louise F., 2nde juin 2018 section internationale, juin 2018.


Date de création : 12/06/2018 @ 17:30
Dernière modification : 12/06/2018 @ 17:30
Catégorie : Copies d'élèves 2017/2018
Page lue 87 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^