Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'œuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Copies d'élèves 2018/2019

Fermer Copies d'élèves 2019/2020

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2019/2020 - 2nde 1 : introduction et conclusion rédigées

 

 

DM : rédiger l’introduction et la conclusion de l’explication du poème suivant

 

 

 

Analyse de texte : Pierre de RONSARD, A Cassandre, in Les Odes, 1550.

RONSARD, auteur humaniste et membre de la Pléiade, a composé de nombreux poèmesd’amour. Celui-ci s’adresse à Cassandre Salviati, qu’il a rencontrée à la cour.

 

A Cassandre

 

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose 
(1)
Sa robe de pourpre (2) au Soleil,
A point perdu cette vêprée 
(3)
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

 

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautés laissé choir 
(4) !
Ô vraiment marâtre 
(5) Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

 

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

 

Notes :

1 - Avait déclose : déclore est le contraire de clore.
2 - Pourpre : rouge foncé.
3 - Vêprée : soir.
4 - Choir : tomber
5 - Marâtre : mauvaise mère

 

 

 

 

Devoir d’ Alicia P. :

 

Introduction:

 

               La Renaissance au XVIème siècle en Europe, est une effervescence intellectuelle des arts et des sciences. Elle verra naître l'Humanisme, un mouvement littéraire caractérisé par un retour aux modèles de l'Antiquité gréco-latin et qui place l'homme au centre. Pierre de Ronsard, poète humaniste qui appartient à la Pléiade, un groupe de sept poètes revendiquant l'indépendance, l'enrichissement et la généralisation de la langue française, publie en 1550 Les Odes, un recueil parmi quatre autres qui exprime toutes sortes d'émotions, de l'orgueil à l'amour, et à la mélancolie. Ses sentiments amoureux sont exprimés de façon particulièrement frappante dans A Cassandre, poème de trois strophes regroupant dix-huit décasyllabes. Le poète y dévoile son désespoir face à un amour non réciproque qu'il compare à l'évolution dégradante du charme et de la beauté d'une rose à travers le temps de rapidité démesuré. Ici, Ronsard réaffirme l'expression philosophique "Carpe Diem", c'est à dire "profiter de l'instant présent" en superposant la beauté éphémère d'une rose et la jeunesse. Il révèle ainsi, la valeur destructrice de la fuite du temps.


 

Conclusion:

 

         Dans A Cassandre, Pierre de Ronsard met en avant les caractéristiques néfastes de la fuite du temps. Celles-ci se concrétisent à travers une comparaison entre la vivacité éphémère d'une rose et la jeunesse, le désespoir évoqué par l'abondance d'amphores et l'urgence de profiter de ses beaux jours traduit par l'emploi soudain de l'impératif. La fuite du temps que l'on trouve chez Ronsard est en effet un thème récurrent dans la poésie. Certains y trouvent un aspect consolateur, mais comme Ronsard, Du Bellay, poète humaniste appartenant aussi à la Pléiade, y associe la déception, l'incertitude et la vulnérabilité, d'où le titre de son recueil Les Regrets.

 

Alicia P, 2nde section internationale, novembre 2019.


***

Devoir d’Héloïse R. :

 

Aline Le XVIème siècle se caractérise par un bouleversement de la religion, de l’art et de la littérature connu sous le nom de Renaissance. Au cœur de ces changements, le mouvement humaniste souligne la valeur et le rôle de l’esprit humain et redécouvre les textes antiques. Dans Les Odes, recueil de poèmes paru en 1550, Pierre de Ronsard, humaniste et membre central de la Pléiade surnommé « Prince des Poètes », rend hommage à trois femmes, explorant ce faisant les thèmes de l’amour, de la solitude, et du temps. Cassandre, une jeune noble italienne, est célébrée dans « Mignonne, allons voir si la rose », poème de dix-huit octosyllabes répartis en trois strophes de six vers, qui décrit la beauté éphémère d’une rose et fait un parallèle avec celle de la jeune fille. Ronsard insiste ici sur l’effet destructeur du temps sur la rose comme sur sa bien-aimée, incitant ainsi celle-ci à profiter de sa jeunesse.  

 

Alinéa En rappelant à la belle Cassandre que sa beauté, comme celle de la rose, va inéluctablement se faner, Ronsard illustre la force implacable du temps qui entraine pertes et destruction, mais qui donne aussi sa valeur au moment présent. Il reprendra ce thème plus tard dans le sonnet dédicacé à Hélène « Quand vous serez bien vieille », avec le vers « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie. »  On retrouve cette idée dans les dictons memento mori[1] et sic transit gloria Mundi[2], qui évoquent la fragilité de la vie et du monde qui la contient. Cependant, le temps n’a pas toujours une valeur négative ; il peut aussi faire œuvre de guérison comme dans la fable de La Fontaine « La Jeune veuve. »

 

 

Héloïse R., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

***

 

 

Devoir d’O. B. :

 

 

Pendant le XVIème siècle, la découverte de l’Amérique et la redécouverte de certains textes anciens après la chute de Constantinople font que l’Europe entre dans la Renaissance. L’Humanisme, un mouvement artistique fondé sur l’étude des textes de l’Antiquité, le savoir et l’Homme, se répand à travers l’Europe. Le XVIème siècle voit naître en France la Pléiade, un groupe de poètes humanistes qui souhaitent faire de la langue française une langue qui peut être comprise par les Français et veulent créer des chefs-d’œuvre français qui pourraient égaler ceux écrits en latin et en grec ancien pendant l’Antiquité. Pierre de Ronsard, l’un des poètes fondateurs de la Pléiade, célèbre la vie, la joie de l’amour, la nature et le temps qui passe dans son œuvre Les Odes (1550-1552). Dans « Mignonne, allons voir si la rose », une ode composée en octosyllabes, Ronsard s’adresse à une jeune fille, Cassandre, et lui dit de profiter de sa jeunesse car le temps passe rapidement. Dans cette ode, le poète révèle ses sentiments pour la jeune femme et essaie de la convaincre de céder à ses avances en parlant de la fuite du temps qui a, selon lui, une valeur destructrice et de la fuite de la jeunesse. Il montre cette destruction causée par le temps à travers la nature.

 

 

Dans « Mignonne, allons voir si la rose », Pierre de Ronsard se plaint de la fuite du temps et de la perte de jeunesse et encourage Cassandre et les jeunes à profiter du présent. Il parle aussi de la vieillesse qui arrive rapidement. Les thèmes de la fuite du temps, de la jeunesse et de la vieillesse sont souvent utilisés par les poètes du XVIème siècle mais sont récurrents dans les œuvres de toutes les époques car ils ont toujours fasciné l’Humanité. La fuite du temps, par exemple, a captivé de nombreux poètes et est souvent vue comme dévastatrice pour l’homme. A l’époque du symbolisme, Charles Baudelaire reprend cette idée du temps hostile à l’homme dans son poème « L’Ennemi ». Ces thèmes peuvent toutefois aussi être retrouvés dans les œuvres de poètes romantiques et surréalistes.

 

O. B., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

 

Devoir d’ Eve R. :

 

Introduction :

 

Le XVIème siècle est caractérisé par la découverte de l'Amérique et l'avènement du roi François Ier mais surtout par l'extension de la Renaissance et les guerres de religion. Il verra naître la Pléiade, mouvement littéraire qui a pour but d'imiter et surpasser la littérature italienne des poètes latins ou grecs, en français. Dans Les Odes, recueil paru en 1552, Pierre de Ronsard, poète, issu de la Pléiade et humaniste, fait part de son amour pour Cassandre Salviati fille d'un banquier du roi. Ses sentiments sont exprimés de façon subtile dans «Mignonne, allons voir si la rose», une ode, où le poète lui dit qu'il faut profiter de sa jeunesse car elle se passe comme le temps d'une fleur. Cependant, Ronsard utilise un champ lexical péjoratif pour évoquer la mort et la vieillesse qui sont ici les principales causes de la fuite du temps.

 

Conclusion :

 

Dans «Mignonne, allons voir si la rose», Ronsard cherche à séduire Cassandre en valorisant sa jeunesse et sa beauté pour ensuite lui exprimer que ses attraits ne seront pas éternels. Il utilise le temps qui passe, le temps d'une rose qui finit fanée, morte. La Pléiade imitant les poètes latins ou grecs, Ronsard s'inspire ici d'Horace avec des thèmes fondés sur la mort, la jeunesse, l'amour et l'éphémère, reprenant le «Carpe Diem» et utilisant l'ode.

 

 

 

Eve R., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

***

Devoir de Mauriane A. :

 

Introduction

            Le XVIème siècle est marqué » par un renouveau intellectuel et artistique en Europe , à la suite de l’extension de la Renaissance, et par les Grandes Découvertes. Durant ce siècle, la Pléiade sera formée et aura pour objectif d’imiter et de surpasser les Italiens en créant des chefs-d’œuvre en français d’aussi bonne facture que ceux des Latins et Grecs. Elle aborde quatre principaux thèmes : l’amour d’une femme, la mort, la fuite du temps, et la nature qui entoure les poètes. Ce groupe a été créé par Ronsard et Du Bellay, alors dans Les Odes, recueil paru en 1550, Ronsard applique à la lettre le programme fixé par la Pléiade dans leur premier manifeste. On trouve dans sa première grande œuvre, le poème Mignonne allons voir si la rose… , une ode composée de trois strophes de six octosyllabes. Il s’agit d’un poème d’amour s’adressant à Cassandre Salviati. Cependant, Pierre de Ronsard explique ici les dommages causés par le temps et l’importance de profiter de l’instant présent, et en occurrence de sa jeunesse.

 

Conclusion

            Dans Mignonne allons voir si la rose… , Ronsard évoque la jeunesse qui passe comme le temps d’une fleur. Il exprime à sa bien aimée qu’elle doit profiter de sa beauté et de sa jeunesse car elles disparaîtront aussi rapidement qu’une fleur fane. Il incite donc fortement Cassandre à l’aimer en retour. Cette méditation sur la vieillesse est un thème récurrent dans la littérature à cette époque et principalement dans les œuvres de la Pléiade. En effet, le temps qui passe et qui amène la vieillesse et la mort, accompagné d’une comparaison avec une fleur, un élément naturel, font partie des thèmes majeurs de ce groupe de poètes.

 

 

Mauriane A., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

Devoir de Nina B. :

 

     Le XVIème siècle, période de la Renaissance se caractérise par une redécouverte de l’Antiquité. Ce siècle voit apparaître l’Humanisme, mouvement qui place l’humain au centre des préoccupations. Dans « A Cassandre » poème tiré du recueil Les Odes paru en 1545, Pierre de Ronsard, poète lyrique exprime des sentiments et des émotions à la jeune Cassandre Salviati, rencontrée à la cour. Ce poème d’amour, composé de dix huit octosyllabes et de trois strophes commence par une invitation à se promener et à observer la rose éclose ce jour. Ronsard compare Cassandre à cette rose. Cependant il la met en garde et l’invite à profiter de sa jeunesse avant que le temps ne l’a lui prenne. Ronsard nous invite à une réflexion sur la condition humaine et sur la fuite du temps.

 

     Dans « A Cassandre », Pierre de Ronsard met en garde et invite Cassandre à profiter de sa jeunesse avant que le temps ne l’a lui prenne. En effet ce poème invite à réfléchir sur la question de la fuite du temps. Ici, la fuite du temps est vue comme destructrice mais elle peut être consolatrice chez d’autres poètes comme pour Charles D’Orléans au XVème siècle avec « Le temps a laissé son manteau ». Chez Du Bellay, ami de Ronsard et membre de La Pléiade les deux valeurs de la fuite du temps sont employées. Dans « Heureux qui comme Ulysse » la fuite du temps est consolatrice mais elle est parfois aussi destructrice comme dans « Les antiquités de Rome ».

 

 

Nina B., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

Devoir d’Eloïse J. :

 

Introduction :

      Après l’obscurantisme du Moyen-Âge, le XVIème siècle apparait comme le siècle de la Renaissance, du renouveau intellectuel et des réformes avec un prodigieux foisonnement de la littérature et des arts en général. La redécouverte des anciens textes grecs et latins est à l’origine de l’humanisme, un nouveau mouvement littéraire caractérisé par des écrits ainsi qu’un mode de vie et de pensée inspirés des textes antiques où ce n’est plus seulement Dieu mais aussi l’Homme qui se trouve au centre du monde et des préoccupations. Lors de ce siècle, un groupe de sept humanistes créateurs, nommés la Pléiade, décide de faire en sorte que les écrits français soient aussi reconnus et importants dans la littérature que les anciens textes latins et grecs. Dans Les Odes paru en 1550, Pierre de Ronsard, poète membre de la Pléiade, proclame sa volonté de restaurer le lyrisme antique en imitant quelque peu Homère et Pindare particulièrement dans son premier livre des Odes dont provient le poème « Mignonne allons voir si la rose ». Il se compose de trois strophes de six octosyllabes que le poète dédie à Cassandre Salviati, une jeune italienne dont il s’est épris lors d’une fête à la cour de Blois. Il s’agit d’une ode lyrique à sa jeune beauté. Parallèlement, il la met en garde contre le temps perfide qui s’égrène et lui conseille de profiter de sa jeunesse tant qu’elle le peut.

Conclusion :

      Dans « Mignonne allons voir si la rose », Pierre de Ronsard se plaint du temps qui passe trop vite tout en chantant la beauté de la jeune Cassandre et l’exhorte à profiter de sa belle jeunesse avant que le temps, traître, ne lui ravisse ses jeunes attraits. Cette prévenance envers Cassandre cache une envie du poète d’apprendre à mieux la connaître. Ce poème illustre un des rares phénomènes que les Hommes ne peuvent pas contrôler : la fuite du temps, et qui donc les fascine autant qu’elle les effraie. Cette obsession humaine pour le temps qui passe est un thème récurrent tout au long de l’histoire de la littérature.

 

 

 

Eloïse J., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

Devoir de Z. F. :

 

Introduction

      Le XVIème siècle est marqué par d’importantes découvertes scientifiques et géographiques. L’Humanisme, un mouvement littéraire, intellectuel et artistique, caractérisé par la redécouverte de la littérature de l’Antiquité, la réflexion indépendante sur la religion et la remise en cause de l’ethnocentrisme, s’est répandu en Europe au XVIème siècle. Pierre de Ronsard, un grand humaniste et un membre du groupe de poètes La Pléiade, imite les auteurs antiques et livre ses sentiments dans son recueil Les Odes qui paraît en 1550. L’un de ses poèmes le plus renommé est « A Cassandre » où Ronsard utilise trois sizains composés d’octosyllabes pour dévoiler son amour envers une jeune femme. Néanmoins, après une lecture approfondie, le lecteur comprend que Ronsard compare Cassandre à une rose pour accentuer la beauté de la jeunesse, pour dénoncer la vitesse à laquelle celle-ci disparait et pour encourager Cassandre à en profiter.

Conclusion

       Dans « A Cassandre », Pierre de Ronsard conseille à son amante de profiter pleinement de sa jeunesse car il reproche à la nature de la faire disparaitre trop rapidement. En comparant Cassandre à une rose, il dévoile l’importance de la jeunesse et regrette que le passage du temps soit destructeur. L‘écoulement du temps est un thème commun chez les auteurs du XVIème siècle, cependant ils ne sont pas tous d’accord au sujet de la valeur que la fuite du temps révèle. Par exemple, Jean de La Fontaine propose une vision consolatrice du passage de temps après un deuil dans sa fable « La jeune veuve » paru dans son recueil de Fables en 1668.

 

Z. F., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

Devoir de Paul C. :

 

 

            C’est au XVIème siècle que la littérature s’inspire du mode de vie antique que les auteurs et poètes retranscrivent à leur époque : l’Humanisme est un retour aux cultures grecques et latines exprimées dans des poèmes. Des références précises de l’Antiquité sont fréquemment citées dans des œuvres littéraires du XVIème siècle. Pierre de Ronsard, poète majeur de ce mouvement, rend hommage au poète Horace à la fois dans la forme et dans la thématique ; il s’inspire de son poème « Carpe Diem », expression latine qui veut dire : vit le moment présent sans se préoccuper ni du passé ni du future. Ronsard aborde, dans Les Odes, paru en 1550 pour ses quatre premiers livres et en 1552 pour le cinquième, des sujets universels comme l’amour, la mort, la nature et le temps qui passe. Dans « A Cassandre », poème de dix-huit octosyllabes, répartis en trois strophes de six vers, Ronsard emmène Cassandre observer ce qu’est devenue la rose éclose du matin. En réalité, le poète souligne, à travers une métaphore entre une rose et la beauté de la jeune Cassandre, la rapidité de la fuite du temps ; Ronsard lui conseille donc de profiter du moment présent à ses côtés.

 

                Dans « A Cassandre », Pierre de Ronsard encourage Cassandre à profiter de la vie car il sait que sa beauté n’est qu’éphémère. Le poète insiste sur la brièveté de la jeunesse en s’appuyant sur le cycle de vie plus court de la rose. Il cherche à provoquer chez elle un sentiment d’urgence afin qu’elle profite entièrement de l’instant présent. Le temps qui passe est un thème universel qui traverse les siècles. Il est ici abordé de façon destructrice dans le contexte de l’amour d’un poète âgé pour une très jeune femme, puisqu’il l’incite à « cueillir le jour » car au fil du temps sa beauté fanera tel une fleur. Le siècle suivant Pierre Corneille choisira pour ce même thème un angle plus sombre, lorsque dans son poème « Vos Beaux Yeux », il choisit de stigmatiser ses cinquante ans qui rendent impossible son amour pour une femme beaucoup plus jeune.

 

 

Paul C., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

 

Devoir de Jeanne H. :

 

            En France, à la Renaissance, au XVI° siècle, les arts se renouvellent. Le mouvement littéraire de l’Humanisme né pendant ce siècle se développe en Europe. Celui-ci place au-dessus de toutes les valeurs le libre arbitre et la personne humaine. Issus de ce mouvement, sept poètes décident de former la Pléiade. Leur but est de valoriser la langue française et d’essayer de retrouver la richesse des textes de l’Antiquité en les imitant .Les thèmes principaux qu’ils ont développés sont l’exaltation du sentiment amoureux, la fuite du temps et la mélancolie, la beauté féminine et l’immortalité de la poésie. Ce sont ces thèmes que nous retrouvons dans les Odes de Pierre de Ronsard paru en 1550 et en 1552 et plus particulièrement dans le poème « A Cassandre ». Ce poème se compose de trois sizains octosyllabiques. Pierre de Ronsard y fait l’éloge de la beauté d’une rose en la personnifiant et la compare à la jeune femme qui l’accompagne à laquelle il donne ensuite une leçon où il l’invite à profiter de la vie en lui montrant combien le temps fuit 

               

Dans « A Cassandre », Pierre de Ronsard, au cours d’une promenade dans un jardin, complimente indirectement Cassandre dont il est très amoureux en louant la beauté de la rose le matin mais lui montre que le soir venu, elle est déjà flétrie. Cela lui permet de la mettre en garde sur la fuite du temps et l’inviter à profiter de sa jeunesse et de la vie en général. Ce poème est extrêmement représentatif tant dans le fond que dans la forme du mouvement de la Pléiade et le thème de l’amour auquel il invite avec subtilité la jeune femme est universel nous le retrouvons par exemple chez Paul Verlaine dans un de ses Poèmes Saturniens : « Mon rêve familier » ( 1856)

 

Jeanne H., 2nde section internationale, novembre 2019.

 

 

***

 

Devoir de Thomas C. :

 

Introduction :

 

Durant le XVIeme siècle, le courant littéraire majeur était l’Humanisme, un courant qui se caractérise par la redécouverte des œuvres de l’Antiquité, surtout en Italie. A cette époque, en France, un mouvement littéraire nommé La Pléiade défend la langue française : Pierre de Ronsard en fait partie. Dans « Les Odes » paru en 1552, en plein mouvement littéraire « humaniste », Pierre de Ronsard y parle de la femme qu’il aime, Cassandre, une jeune fille italienne. En particulier, dans son poème « Mignonne allons voir si la rose », il s’adresse à elle, et la compare ainsi à une jeune rose, ce qui peut passer pour un compliment. Cependant, Pierre de Ronsard veut aussi faire comprendre à la lectrice que la jeunesse passe vite, et qu’il faut en profiter. Il évoque ainsi la fuite du temps destructrice.

 

 

Conclusion :

 

Dans son poème « Mignonne allons voir si la rose », Ronsard s’adresse à Cassandre, la femme qu’il aime, de la jeunesse qui passe trop vite et la met en garde contre la fuite du temps, destructrice, qui fane la beauté de la jeunesse. Le thème de la fuite du temps est un thème récurrent qui a également été utilisé par d’autres poètes à différentes époques comme Charles d’Orléans, au XVeme siècle (Le temps a laissé son manteau), ou Joachim Du Bellay (Heureux qui comme Ulysse).

 

 

Thomas C. , 2nde section internationale, novembre 2019.

 

***

 

Devoir de Maëlle C. :

 

            Le XVIème siècle se verra marqué par l'Humanisme, principal courant de pensée de la Renaissance, et la redécouverte des œuvres de l'Antiquité. C'est aussi le siècle de la poésie avec le mouvement littéraire de La Pléiade qui défend et enrichit la langue française, devenue langue officielle en 1539, en imitant les auteurs antiques pour célébrer l'amour et déplorer la fuite du temps. Pierre de Ronsard ( 1524-1585 ) humaniste et poète membre de La Pléiade, devient « Prince des poètes ».  Dans son recueil des Odes, il rend hommage à des poètes et athlètes antiques. Il y narre principalement ses amours ainsi que le temps qui passe. Dans « Ode à Cassandre », poème lyrique composé de trois sizains et d'octosyllabes, Ronsard exalte ses sentiments et la beauté de Cassandre Salviati, la jeune femme aimée qu'il compare à une rose. Le poète y exprime à la fois son amour et son conseil de vivre l'instant présent, prenant pour cause la destructrice fuite du temps , afin de profiter de sa jeunesse et de sa beauté.

 

            Dans ce poème, Ronsard invite la femme aimée, Cassandre, dont il célèbre la jeunesse et la beauté, à prendre conscience du temps qui passe en mettant en scène une fleur que le temps a fait faner. Il déplore le temps qui laisse les beautés se ternir. Il fait ainsi de ce poème une mise en garde contre le temps qui passe et contre lequel on est impuissant, une invitation à profiter de l'instant présent, « Carpe Diem ». La fuite du temps est un thème que l'on retrouve avec Joachim Du Bellay, autre membre de La Péliade, notamment dans « Heureux qui comme Ulysse » mais aussi chez d'autres auteurs dès le Moyen Âge, avec Charles d’Orléans, puis au fil des siècles dans la poésie de Paul Verlaine, Victor Hugo, et aussi dans des romans comme « Le Portrait de Dorian Gray ».

 

 

Maëlle C., 2nde section internationale, novembre 2019.

 



[1] Souviens que tu vas mourir

[2] Ainsi passe la gloire du monde

 


Date de création : 30/11/2019 @ 17:55
Dernière modification : 02/12/2019 @ 11:40
Catégorie : Copies d'élèves 2019/2020
Page lue 37 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^