Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


Enseignement à distance

Fermer Cours à distance

Fermer Lectures conseillées

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Copies d'élèves 2018/2019

Fermer Copies d'élèves 2019/2020

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Copies d'élèves 2019/2020 - Commentaire 1ère FLS

    
1ère FLS


DS : commentaire du 29 janvier 2020

Vous ferez le commentaire du poème suivant.


Victor HUGO (1802 – 1885) est le chef de file du mouvement romantique en France. Il excella dans les trois genres littéraires : roman, théâtre et poésie. Il fut à la fois un auteur engagé, prêt à défendre les faibles et les opprimés, et un poète lyrique. C’est un des plus grands écrivains de la littérature française.

L’aube est moins claire.

L'aube est moins claire, l'air moins chaud, le ciel moins pur ;
Le soir brumeux ternit les astres de l'azur.
Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent.
Hélas ! voici déjà les arbres qui jaunissent !
Comme le temps s'en va d'un pas précipité !
Il semble que nos yeux, qu'éblouissait l'été,
Ont à peine eu le temps de voir les feuilles vertes.
Pour qui vit comme moi les fenêtres ouvertes,
L'automne est triste avec sa bise et son brouillard,
Et l'été qui s'enfuit est un ami qui part.
Adieu, dit cette voix qui dans notre âme pleure,
Adieu, ciel bleu ! beau ciel qu'un souffle tiède effleure !
Voluptés du grand air, bruit d'ailes dans les bois,
Promenades, ravins pleins de lointaines voix,
Fleurs, bonheur innocent des âmes apaisées,
Adieu, rayonnements ! aubes ! chansons ! rosées !
Puis tout bas on ajoute : ô jours bénis et doux !
Hélas ! vous reviendrez ! me retrouverez-vous ?

Victor HUGO, Toute la lyre (éditions posthumes, 1888 ; 1893).

 

Devoir de Sophie K. :


      En  réaction au rationalisme des Lumières, la nouvelle génération des poètes français renouvelle la littérature dès le début du XIX siècle. Donc le mouvement romantique apparaît. Ce dernier fut caractérisé par le refus de la tradition, par le lyrisme personnel profond, par le goût pour la nature et par la recherche de la beauté. Victor Hugo était l’un des plus grands écrivains et ainsi le chef du file de ce mouvement romantique. Le poème qui nous est présenté s’intitule “L’aube est moins claire” et fait partie du recueil Toute la lyre publié en 1888 après la mort de l’auteur. Dès le titre nous comprenons que ce texte poétique est axé sur la nature et la fuite de temps.

 

      Tout d’abord, il est important de rappeler que la nature occupait une place importante chez les romantiques. Dans cette œuvre poétique, Victor Hugo aborde le thème de la fin d’été et l’arrivée de   l’automne. Le poète brosse un portrait idyllique de l’été. Il le qualifie comme un temps de félicité grâce à des hyperboles : “bonheur”(v.15) et “voluptés”(v.13). De plus, les adjectifs qualificatifs mélioratifs prédominent dans ce poème : “chaud”(v.1), “pur”(v.1), “charmants”(v.3), “tiède” et “beau” (v.13). De même, la connotation religieuse est présente dans le poème. L’adoration du poète pour l’été est illustrée par l’adjectif “bénis”(v.17) et par l’invocation “ô”(v.17). Par ailleurs, les couleurs vivantes désignées par “azur”(v.2), “jaunissent”(v.4), “vertes”(v.7), “bleu“(v.12), nous montrent une fois de plus que pour l’auteur l’été est un temps joyeux, ravissant et prospère.
        Néanmoins, l’été se termine rapidement et le l’arrivée de l’automne évoque les sentiments de regret et de chagrin chez Victor Hugo. L’auteur utilise pour la première et la seule fois le mot “automne” au vers 9, il la complète par l’adjectif «triste » au même vers. Dans « L’aube est moins claire » l’automne est caractérisée par la « bise »et le « brouillard »(v.9). Ensuite, grâce la personnification au vers 10 “Et l’été qui s’enfuit est un ami qui part”, nous voyons une fois de plus que le sentiment de tristesse est assez fort. Enfin, le poète garde dans sa mémoire les souvenirs chaleureux de l’été passé comme le montrent les vers suivants: « Voluptés du grand air, bruit d'ailes dans les bois,/ Promenades, ravins pleins de lointaines voix,/ Fleurs, bonheur innocent des âmes apaisées,». Comme nous avons pu voir, l’été est décrit comme un temps plein de vie, alors que l’automne est décrit de manière sombre que pourrait symboliser la mort.

 

      Cependant, la nature est un élément accompagnateur de la fuite de temps. Autrement dit, le poète se sert de la nature pour mieux montrer à quelle vitesse le temps fuit. Dans un premier temps, la poésie composée d’alexandrins devait la rendre plus lente, alors que ce n’est pas le cas. La ponctuation riche, notamment les points d’exclamation et les virgules  permettent de rendre la poésie plus vivante et plus dynamique. L’énumération au premier vers souligne la vitesse du temps, ainsi que le vers 5 « le temps s’en va d’un pas précipité ». Puis, les verbes de mouvement apparaissent souvent dans ce texte poétique, tels que « passés »(v.3), « s’enfuit »(v.10), « part »(v.10).Tout cela nous indique la fugacité du temps.
     Par ailleurs, le poète joue sur les contrastes entre la nature et l’être humain. Nous pouvons imaginer que la nature meurt avec l’arrivée de l’autonome, alors qu’elle se renouvelle. Cela est souligné par l’auteur au dernier vers : « vous reviendrez ! », tandis que l’homme est mortel comme le montre la phrase « me retrouverez-vous ? » au dernier vers. Victor Hugo se pose la question de savoir s’il aura de la chance de voir encore une fois les beaux jours de l’été. Pour cette raison, il prend congé de la nature avec l’anaphore « Adieu » (v.11, 12, 16). Nous comprenons ici donc que l’auteur oppose la pérennité de la nature et l’aspect éphémère de l’Homme.

 

     Pour conclure, Victor Hugo s’intéresse beaucoup au  thème de la fuite de temps, de la mortalité de l’homme accompagné par le thème de la nature. Ces thèmes ont été abordés à  de nombreuses reprises par d’autres auteurs français de même siècle comme Baudelaire et Lamartine. En outre, ces thèmes restent actuels de nos jours.


    Sophie K. (Ukraine), 1ère FLS, mars 2020.

 

ukraine.jpg

   

   


Date de création : 08/03/2020 @ 13:18
Dernière modification : 08/03/2020 @ 13:18
Catégorie : Copies d'élèves 2019/2020
Page lue 79 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^