Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


Enseignement à distance

Fermer 1ère spécialité CAV

Fermer Cours de 1ère FLS

Fermer Cours de français 2nde 1

Fermer Cours de français 2nde 12

Fermer Lectures conseillées

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Copies d'élèves 2018/2019

Fermer Copies d'élèves 2019/2020

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

1ère spécialité CAV - Cours du lundi 16 mars

 

1ère spécialité cinéma audio-visuel

 

Cours du lundi 20 mars 2020

 

City lights (1931) de C. CHAPLIN

 

La dimension burlesque.

 

 

 

Citylight  (Les Lumières de la ville)

- musique composée par Chaplin lui-m^

- "a comedy romance"

- 3 épisodes séparés les uns des autres 

- début du film : son et discours du maire ridiculisés : cinéma sonore = baratin + discours politiques vides → critique du cinéma + critique sociale

- on parle d’un burlesque dit "du bas" : rire autour des parties génitales et postérieures.

- satire vulgaire : mise en cause des structures sociales

Analyses d’extraits :

 

- Charlot se conduit en aristocrate ridicule (il a son gant déchiré, il joue à l’aristocrate sans l’être véritablement) + fuite devant un ouvrier qui travaille dans l'égout → tout en bas de l'échelle sociale

- prise de risque énorme en se penchant devant l'égout 

- regarde les femmes, voyeur → caméra mise à l'intérieur du magasin, de l'autre côté de l'écran → vice qui lui est reproché se rapporte à nous-mêmes, au spectateur

 

- quiproquo : la jeune fille aveugle prend le vagabond Chaplin pour un aristocrate grâce au son, paradoxalement ! → gag sonore fondé sur la portière qui claque (lorsque Charlot passe par une voiture pour éviter un « cop » (ploicier) :  gag qu'on entend en décalé. Utilisation du son quand cela arrange le réalisateur

- rose blanche = métaphore de l'amour et de la pureté

- jeune fille belle, pauvre, aveugle = archétype

- jeune fille devant une grille = symbole de l'enfermement dans la cécité

- malheur de la jeune femme rejoint la situation de Charlot

- noblesse du personnage de Charlot : se comporte en gentleman face à + pauvre que lui et lui donne tout ce qu'il a. On passe du rire aux larmes.

- pour terminer la séquence, gag pris à l'envers (le vrai noble rentre dans sa voiture)

- Charlot part sur la pointe des pieds = délicatesse / se cache pour observer la jeune fille, il est intéressé par elle.

- Elle jette un seau d'eau sur lui (sans le savoir) → prolepse (flash forward) de tout le film : Charlot va accepter les travaux les + dégradants pour tenter de rendre la vue à la jeune fille, grâce à une opération chirurgicale très coûteuse. 

- "Descendre dans le comique, c'est monter dans le tragique." - Molière 

 

 

 


Date de création : 16/03/2020 @ 10:38
Dernière modification : 16/03/2020 @ 10:38
Catégorie : 1ère spécialité CAV
Page lue 36 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^