Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2017

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'oeuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Préparation (2006/2007) - Préparation de Morgane B.

Morgane B., élève de 2nde section internationale (année scolaire 2006/2007), donne l'exemple d'une préparation qu'elle a rédigée.

 

 

EXEMPLE DE PREPARATION :

 

Préparation sur Rhinocéros d’Eugène Ionesco




A la suite d’une séquence sur le théâtre, d’un groupement de textes sur le héros et le pouvoir dans l’évolution de leurs rapports, et à partir du monologue final de Rhinocéros d’Eugène Ionesco nous devions faire une préparation fondée sur deux questions.

 

 

ionesco.jpg

 

 


Question A : Par rapport aux textes de théâtre classique ( L’Ecole des Femmes , Le Cid, Andromaque, Bérénice…), que remarquez vous ici ?


 

Rhinocéros d’Eugène Ionesco est une pièce de Théâtre de l’absurde. Eugène Ionesco et Samuel Beckett étaient les pères de ce nouveau genre théâtral, apparu au XX ème siècle.

 

Les différences entre cet extrait et une pièce de théâtre classique sont flagrantes, ne serait ce que sur la forme. En effet, il n’y a pas de vers, et donc pas de rimes, ce qui pourrait rendre le théâtre de l’absurde comparable à la poésie en prose. De plus, il n’y a que trois actes dans Rhinocéros contrairement aux cinq actes des tragédies et comédies classiques.

Mais les différences sont surtout présentes dans le contenu même de la pièce. Tout d’abord, les règles du théâtre classique ne sont pas respectées, à commencer par la règle de vraisemblance, il paraît effectivement peu probable que tous les habitants de la ville se métamorphosent mystérieusement en rhinocéros! De même, il est assez peu plausible que le héros change tout à coup d’avis à la fin de la pièce, reniant des idéaux qu’il avait défendus, ne serait ce que dans toute la scène finale. C’est ensuite la règle de bienséance qui n’est pas respectée : les rhinocéros barrissent, Bérenger se laisse aller à pousser des cris et va même jusqu’à se déshabiller partiellement, et bien que la mort ne soit réellement présente, le mur « où sont fixées les têtes de rhinocéros » (l. 34-35) l’évoque cependant fortement. L’unité de temps n’est pas spécifiée, mais l’unité de lieu ne semble pas être respectée, puisque dans cette scène Bérenger est dans une pièce fermée (présence de murs), alors que la scène d’exposition se joue à l’extérieur. L’unité d’action est quant à elle totalement bafouée dans cette scène finale. Bien que n’étant pas à proprement parler un héros tragique, Bérenger l’est par sa quête, qu’il décide de changer au dernier moment. On ne peut donc plus parler d’unité d’action : l’action consistait en effet à devenir un rhinocéros, mais devient : rester humain et tuer tous les rhinocéros.

Parlons maintenant de Bérenger, à la pluralité étonnante, il vient du « peuple » et n’a pas d’élévation morale particulière (au début de la pièce, on apprend qu’il ne fait que boire, aller à des fêtes ou se plaindre de son travail), ce qui pourrait l’apparenter à un héros de comédie, mais le dénouement fatal qui l’attend et sa volonté de se battre jusqu’à la mort font plutôt penser à un héros de tragédie. Cette notion de dénouement fatal est dans la première partie du texte plutôt représentative d’une mort symbolique, mourir en tant qu’humain pour devenir un rhinocéros. Or, même s’il se « rebelle »-on peut le dire, contre tous- dans la seconde partie, ce qui pourrait le rendre comparable au héros romantique du Drame Romantique, car il fait face seul contre tous, prêt à affronter son destin, la notion de mort est plus présente que jamais, il paraît effectivement peu probable que seul avec sa carabine il arrive à abattre tous les rhinocéros. Le personnage évolue donc de héros comique ( il n’est pas noble, vaque à ses petites occupations) à héros tragique (il accepte son destin qui est de mourir en tant qu’être humain et est face à une crise) pour devenir un héros romantique (du Drame Romantique(il se rebelle et fait face seul à la société- devenue troupeau de rhinocéros)), ce chemin est comparable à celui qu’emprunta le théâtre au fil des siècles avec son refus des règles classiques et ses divers sous-genres .



Malgré tous ces points communs, le théâtre de l’absurde, aussi appelé théâtre moderne a ses caractéristiques propres, en rapport avec l’irrationnel (rêves, visions, fantasmes…), mais cela n’est pas un hasard, puisque le mouvement littéraire de l’époque est le Surréalisme. De plus, le spectacle se veut plus « total », permettent de toucher tous les sens.




Question B : Face à l’ « épidémie » de métamorphoses, les gens commencent par se révolter, puis au cours de la pièce ils se soumettent, en cherchant à comprendre, voire à excuser ces animaux. Sachant que cette pièce date de 1959, après la seconde guerre mondiale, que peut symboliser, selon vous ce phénomène de transformation ?



Au fil de la pièce, de plus en plus de personnes se transforment en rhinocéros, semblant être victimes d’une épidémie du nom de « rhinocérite ». Ionesco compare cette « maladie » à un fanatisme allant jusqu’à une mutation en quelque chose de monstrueux. Peut on comparer ces transformations à une soumission de leur part, comme s’ils acceptaient d’adhérer à un groupe monstrueux et d’être monstres à leur tour ?



L’impact de la seconde guerre mondiale sur Ionesco est évident, et il semble dénoncer dans cette soumission l’adhésion aux différentes dictatures (national socialisme, fascisme, communisme) et aux horreurs de la guerre, personnalisées dans le texte par la couleur « vert sombre » (l.13), rappelant l’uniforme militaire ou celui des SS. Ionesco était vraiment opposé à tous les gouvernements totalitaires, et c’est peut être aussi parce que son père, avec qui il ne s’est jamais entendu a adhérer successivement à tous ces partis politiques.

Le choix des rhinocéros n’est pas un hasard, Ionesco trouvait ces animaux monstrueux, et lorsqu’on évoque un rhinocéros, on pense tout de suite à une force brute incapable de réfléchir, et c’était de plus dans cet esprit qu’étaient élevés les jeunes aux Jeunesses Hitlériennes. Mais Ionesco a peut être choisi un animal non pas que pour son manque de réflexion, mais comme Jean de La Fontaine le faisait. L’auteur des fables à qui il a donné son nom utilisait des animaux pour ne désigner personne en particuliers, mais n’était-ce pas plutôt parce qu’il voulait tous nous désigner ? Et on peut penser que c’est dans cet esprit là qu’était Ionesco : on peut ou aurait tous pu être des rhinocéros.

Toujours est il que le rejet des partis totalitaires est présent dans la pièce avec le rejet final de Bérenger, et on pourrait même comparer le comportement de Bérenger à la montée puis à la chute du nazisme. Au début, il est victime de la propagande « Oh !comme je voudrais être comme eux. » (l.2-3) et tente même de « collaborer » : « je pourrai aller les retrouver » (l.6-7). Cette « période » dure jusqu’à la ligne 32, et on pourrait la comparer à la montée du nazisme, car Bérenger, à l’image d’autres personnes de son siècle voulait absolument adhérer à cette doctrine, et cette impression d’exaltation est renforcée par des phrases courtes et exclamatives ainsi que l’interjection « Oh ! » à la ligne 2. Alors qu’à partir de la ligne 32, on observe un retournement de situation, Bérenger recouvre ses esprits et décide de se battre pour une cause_ qui est de plus noble- quitte à faire face seul à tous les monstre, ce qui est pour moi comparable à la chute du nazisme, et où les gens commencent à réagir et à se révolter, refusant d’adhérer à un tel mouvement.



En définitive, les rhinocéros sont comparés à toutes les personnes ayant suivi sans raisonner par eux-mêmes, et donc pouvant être comparées à un « troupeau » qui a suivi les dirigeants totalitaires du XXème siècle, qu’ils soient Hitler, Mussolini ou Staline.


Date de création : 02/06/2007 @ 15:47
Dernière modification : 07/01/2009 @ 12:16
Catégorie : Préparation (2006/2007)
Page lue 616 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^