Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


Enseignement à distance

Fermer 1ère spécialité CAV

Fermer Cours de 1ère FLS

Fermer Cours de français 2nde 1

Fermer Cours de français 2nde 12

Fermer Lectures conseillées

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Copies d'élèves 2018/2019

Fermer Copies d'élèves 2019/2020

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

Cours de 1ère FLS - Cours du jeudi 26 mars 2020

Séquence n°6 

Objet d'étude : le théâtre du XVIIème au XXIème siècle

Parcours associé : passion et tragédie

      Explication de texte n° 15 : extrait d’Hernani (acte I, scène 2, extrait), de Victor HUGO (1830).

Hernani.

Qui fait ce mariage ? On vous force, j'espère !
Dona Sol.
Le roi, dit-on, le veut.
Hernani.
Le roi ! Le roi ! Mon père
Est mort sur l'échafaud, condamné par le sien.
Or, quoiqu' on ait vieilli depuis ce fait ancien,
Pour l' ombre du feu roi, pour son fils, pour sa veuve,
Pour tous les siens, ma haine est encor toute neuve !
Lui, mort, ne compte plus. Et tout enfant, je fis
Le serment de venger mon père sur son fils.
Je te cherchais partout, Carlos, roi des Castilles !
Car la haine est vivace entre nos deux familles.
Les pères ont lutté sans pitié, sans remords,
Trente ans ! Or c'est en vain que les pères sont morts,
La haine vit. Pour eux la paix n'est point venue,
Car les fils sont debout, et le duel continue.
Ah ! C'est donc toi qui veux cet exécrable hymen !
Tant mieux. Je te cherchais, tu viens dans mon chemin !
Dona Sol.
Vous m'effrayez.
Hernani.
Chargé d'un mandat d'anathème,
Il faut que j' en arrive à m' effrayer moi-même !
Ecoutez. L'homme auquel, jeune, on vous destina,
Ruy De Silva, votre oncle, est duc de Pastrana,
Riche-homme d' Aragon, comte et grand de Castille.
A défaut de jeunesse, il peut, ô jeune fille,
Vous apporter tant d' or, de bijoux, de joyaux,
Que votre front reluise entre des fronts royaux ;
Et pour le rang, l' orgueil, la gloire et la richesse,
Mainte reine peut-être enviera sa duchesse !
Voilà donc ce qu'il est. Moi, je suis pauvre, et n'eus
Tout enfant, que les bois où je fuyais pieds nus.
Peut-être aurais-je aussi quelque blason illustre
Qu' une rouille de sang à cette heure délustre ;
Peut-être ai-je des droits, dans l' ombre ensevelis,
Qu' un drap d' échafaud noir cache encor sous ses plis,
Et qui, si mon attente un jour n' est pas trompée,
Pourront de ce fourreau sortir avec l' épée.
En attendant, je n'ai reçu du ciel jaloux
Que l'air, le jour et l'eau, la dot qu' il donne à tous.
Or du duc ou de moi souffrez qu'on vous délivre,
Il faut choisir des deux, l' épouser, ou me suivre.
Dona Sol.
Je vous suivrai.

Introduction :

  • Présentation du XIXème siècle, du Romantisme (cf votre recherche).
  •  Présentation de Victor Hugo (cf votre recherche) et de la « bataille d’Hernani » = 1ère représentation d’Hernani, en 1830 : les spectateurs habitués à la tragédie classique (= XVIIème siècle, France) de Corneille ou Racine, huent devant cette pièce très moderne pour l’époque (c’est en effet le 1er drame romantique). Au contraire, les spectateurs les + jeunes sont favorables au Romantisme, et applaudissent. Hernani est un drame romantique en 5 actes et en alexandrins. L’action se situe en 1519 en Espagne (et non à l’époque de l’Antiquité romaine ou grecque). Hernani est le héros éponyme : c’est un proscrit (= quelqu’un qui était noble, mais dont toute la famille a été rejetée par la noblesse). Le roi Don Carlos, futur Charles Quint, gouverne l’Espagne. Hernani aime et est aimé de Dona Sol, mais le roi aime aussi cette jeune femme. Il veut donc la garder sous son contrôle en programmant un mariage entre Dona Sol et son oncle, qui est un allié du roi : Don Ruy Gomez de Silva. 1ère rivalité entre Hernani et le roi = rivalité amoureuse. 2nde rivalité = politique. Le père d’Hernani a été condamné à mort par le père du roi Don Carlos = haine entre les 2 familles, à cause de cela, car Hernani veut venger son père en tuant le roi Don Carlos.
  • Présentation de l’extrait : Dona Sol reçoit Hernani, tandis que Don Carlos est présent sur scène, mais caché (il entend donc tout du dialogue entre Hernani et Dona Sol).

Plan de l’extrait : v.1 + début du vers 2 = entrée en matière (1) avec le mariage qui concerne Dona Sol.

                           Fin du vers 2 jusqu’au vers 16 = désir de vengeance contre le roi.

                           Vers 17 et 18 : enchaînement des répliques autour du verbe « effrayer ».

                           Vers 19 à 36 : comparaison entre Hernani et l’oncle Don Ruy Gomez de Silva (comparaison antithétique).

                          Vers 37 et 38 : Hernani oblige Dona Sol à choisir entre son oncle et lui.

                          Vers 39 : choix de Dona Sol en faveur d’Hernani.

·         Lecture expressive du texte.

·         Projet de lecture : nous verrons comment le héros romantique est confronté à la passion et à un mécanisme tragique.

  • Hernani est un proscrit (2), un rebelle, qui mène une existence de bandit, de hors-la-loi. C’est en même temps un jeune homme passionné, amoureux de Dona Sol = exaltation du Moi (3), avec d’une part le lyrisme amoureux et d’autre part, l’expression de sa rébellion. Evidemment, avec cette très forte exaltation du Moi, Hernani est caractéristique du héros  romantique. (Romantisme = utilisation du registre lyrique, donc expression des sentiments, du Moi).

V.1 : Qui fait ce mariage ? On vous force, j'espère !
Lyrisme : expression forte (ponctuation forte) + « j’espère » qui montre qu’Hernani a peur que Dona Sol soit amoureuse du comte, et cela prouve qu’Hernani est amoureux.

En outre, la ponctuation forte renforce l’opposition à ce mariage voulu par le roi, donc la rébellion d’Hernani par rapport au roi.

-        Si Hernani est un rebelle romantique, c’est parce qu’une rivalité (4) politique existe entre sa famille et la famille du roi Don Carlos, qui a fait exécuter (tuer) le père d’Hernani. S’ajoute à cela une rivalité amoureuse : le roi et Hernani aiment la même femme : Dona Sol. 1ère tirade : c’est une déclaration de guerre contre le roi Don Carlos, dont il ignore la présence cachée (mais le lecteur ou le spectateur le sait = SUSPENSE) : hyperboles

v.6 : « ma haine est encor toute neuve ! » + anaphore de « haine » aux v. 10  et 13.

v. 8 : « venger » ; v. 11 : « sans pitié, sans remords » (hyperbole renforcée par l’anaphore de l’adverbe « sans »).

v.9 : « je te cherchais partout »

v.9 : « Je te cherchais partout, Carlos, roi des Castilles ! » = tutoiement (signe de mépris) et adresse directe au roi = guerre totale

  • Hernani est un héros romantique : il a le sens du devoir et de l’honneur = il doit venger son père que le père du roi Don Carlos a fait exécuter. Il y a à la fois des ressemblances et des oppositions avec le héros de tragédie classique : Hernani obéit au devoir de venger son père, comme Rodrigue dans Le Cid de Corneille, au XVIIème siècle, époque classique (ressemblance avec le héros tragique). Néanmoins, ce sens de l’honneur ne se fait pas en faveur de l’Etat, du pouvoir, mais contre ce pouvoir, représenté ici par le roi Don Carlos (opposition au héros tragique). De même, Phèdre se sent coupable de son amour pour Hippolyte, car celui-ci est contraire aux règles morales : c’est donc une forme de respect pour le pouvoir en place, au contraire d’Hernani. C’est la grande différence entre le héros de tragédie classique et le héros romantique.
  • Vers 3 à 8 : Le rythme des vers exprime bien la révolte du héros et le suspense de la scène, car les alexandrins que rédige ici Victor HUGO sont plus « agités » que les alexandrins classiques du XVIIème siècle (par exemple dans Phèdre de RACINE). En effet, on trouve ici un enjambement, et on remarque également un contre-rejet (v.7, 8) (ce « désordre » de l’alexandrin scandalisait (=choquait) les classiques, d’où la bataille d’Hernani) :

Le roi ! Le roi ! Mon père (v. 3 et 4)
Est mort sur l'échafaud, condamné par le sien.
Or, quoiqu' on ait vieilli depuis ce fait ancien,
Pour l' ombre du feu roi, pour son fils, pour sa veuve,
Pour tous les siens, ma haine est encor toute neuve !
Lui, mort, ne compte plus. Et tout enfant, je fis
Le serment de venger mon père sur son fils.

On observe aussi de nombreuses césures qui ne sont PAS à l’hémistiche :

Le roi ! Le roi ! Mon père
Est mort sur l'échafaud, condamné par le sien.
Or, quoiqu' on ait vieilli depuis ce fait ancien,
Pour l' ombre du feu roi, pour son fils, pour sa veuve,
Pour tous les siens, ma haine est encor toute neuve !
Lui, mort, ne compte plus. Et tout enfant, je fis
Le serment de venger mon père sur son fils.


 

Ces alexandrins sont volontairement plus « désordonnés » que les alexandrins classiques. Victor HUGO l’écrit dans la préface de Cromwell (une autre pièce romantique qu’il a écrite) : Hugo veut que le vers sache « briser à propos (= casser le rythme au bon moment) et déplacer la césure pour déguiser sa monotonie d’alexandrin ». On pourrait dire que l’alexandrin de Victor Hugo se rebelle contre les alexandrins classiques, de même qu’Hernani est un héros rebelle. En outre, ces alexandrins aux césures déplacées correspondent à la grande agitation de cette scène.

 

-        Vers 10 à 16 : continuation de l’agitation de la scène traduite  par

o   le rejet des vers 11 et 12

Je te cherchais partout, Carlos, roi des Castilles !
Car la haine est vivace entre nos deux familles.
Les pères ont lutté sans pitié, sans remords,
Trente ans ! (v. 11, 12)

o   et les césures qui ne sont pas à l’hémistiche

Car la haine est vivace entre nos deux familles.
Les pères ont lutté sans pitié, sans remords,
Trente ans ! Or c’est en vain que les pères sont morts,
La haine vit. Pour eux la paix n’est point venue,
Car les fils sont debout, et le duel continue.
Ah ! C’est donc toi qui veux cet exécrable hymen !
Tant mieux. Je te cherchais, tu viens dans mon chemin

Cette forme d’agitation stylistique est en rapport avec le suspense de la scène, qui crée une tension chez le spectateur. Il provient du fait de la présence cachée sur scène du roi Don Carlos (les personnages l’ignorent, mais le lecteur ou le spectateur le sait). Ce que dit Hernani dans le domaine politique ou le domaine amoureux ne peut que susciter (5) la colère du Roi. On est donc inquiet pour le héros éponyme, Hernani. En disant tout cela en présence du roi, c’est comme s’il programmait sa propre condamnation à mort : registre tragique (le héros ne décide plus de son destin, il est pris dans une mécanique qui le conduit à la mort).

Intertextualité (rapport entre 2 textes différents) : cette scène d’Hernani rappelle une scène de Britannicus, de RACINE (tragédie classique, XVIIème siècle). Dans cette scène de Britannicus, le schéma est le même : Néron, empereur fou, a fait enlever Junie dont il est amoureux. Mais celle-ci aime et est aimée de Britannicus, qui lui rend visite dans le palais de Néron. L’empereur va forcer la jeune fille à dire à Britannicus qu’elle ne l’aime plus, alors que c’est faux. Néron sera présent, mais caché sur scène, afin de surveiller Junie : si celle-ci, par un geste ou un mot, fait comprendre à Britannicus qu’elle est forcée de dire ce qu’elle dit, Britannicus mourra (grand suspense également).

V.15 : Ah ! C'est donc toi qui veux cet exécrable hymen !
Rébellion d’Hernani : ton assez agressif, avec l’interjection « Ah » + la ponctuation forte (2 points d’exclamation).

Lyrisme : « exécrable hymen » = mariage détestable : Hernani est contre le mariage entre Dona Sol et l’oncle, car il aime DS.

  • Quelques paroles du personnage d’Hernani (dans la pièce, mais pas dans notre extrait) révèlent son caractère romantique :

Acte III, scène 4 : « Je suis une force qui va » (cela montre qu’il est déterminé, qu’il a une grande force de caractère).

Même scène, même acte : Hernani parle de lui en disant : « Une âme de malheur faite avec des ténèbres » (lyrisme douloureux, mais qui le rend héroïque).

 

Lexique :

1.      Entrée en matière : début de l’action.

2.      Proscrit : personne qui vit en marge de la société ; il rejette la société et réciproquement.

3.      Exaltation du Moi : très forte expression des sentiments, lyrisme (caractéristique du Romantisme).

4.      Rivalité : concurrence.

5.      Susciter : provoquer, avoir pour conséquence.

 

Comment allez-vous ? Quelles difficultés rencontrez-vous vis-à-vis de travail scolaire ou du quotidien ? Y a-t-il des éléments de cette nouvelle vie auxquels vous ne vous attendiez pas du tout ? Ne vivez-vous cette période que sous l'angle de désagréments ? Etes-vous paradoxalement parfois confronté.e.s à de bonnes surprises (se lever moins tôt du fait de l'absence de temps de trajet, éviter l'humour épuisant de votre professeur de français) ?
 
Donnez-moi de vos nouvelles par mail.
 
Gardez la santé, vous et vos proches.

Date de création : 26/03/2020 @ 16:46
Dernière modification : 26/03/2020 @ 16:46
Catégorie : Cours de 1ère FLS
Page lue 12 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^