Texte à méditer :  

LE SITE DE LETTRES DU CIV

 

    c


A savoir...

Fermer EAF 2017

Fermer Ecrire pour la planète

Fermer FLE

Fermer FLS

Fermer Lectures conseillées

Fermer Les parcours d'oeuvres intégrales

Fermer Petite bibliothèque personnelle (hors grands classiques)

Fermer Remerciements

Fermer Ressources numériques

Productions d'élèves

Fermer Aventures fabuleuses de la Méditerranée

Fermer Chevaliers dans la bataille

Fermer Chevaliers et dragons

Fermer Contes de la rue Mistral

Fermer Contes à dormir debout

Fermer Copies d'élèves (2005/2006)

Fermer Copies d'élèves (2006/2007)

Fermer Copies d'élèves (2007/2008)

Fermer Copies d'élèves 2008/2009

Fermer Copies d'élèves 2009/2010

Fermer Copies d'élèves 2010/2011

Fermer Copies d'élèves 2011/2012

Fermer Copies d'élèves 2012/2013

Fermer Copies d'élèves 2013/2014

Fermer Copies d'élèves 2014/2015

Fermer Copies d'élèves 2015/2016

Fermer Copies d'élèves 2016/2017

Fermer Copies d'élèves 2017/2018

Fermer Histoires d'Ulysse

Fermer Incipit (classe de 3ème)

Fermer Préparation (2006/2007)

Fermer Préparations (2007/2008)

Fermer Préparations 2008/2009

Fermer Préparations 2009/2010.

Fermer Préparations 2010/2011

Fermer Préparations 2011/2012

Fermer Préparations 2012/2013

Webmaster - Infos
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Retour

retour.gif

FLE - FLE 2 : bilan 2003-2005.
 

Bilan des activités de la classe de

français langue étrangère, niveau 2 (classe de 2nde)


 

Lycée international de Valbonne Sophia-Antipolis


 

Centre international de Valbonne

 

 

 

 

civ.jpg 

 

 


 

Années scolaires 2003/2004 et 2004/2005


 

Professeur : Jean-François Bouché


 


 

Origine des élèves.


 

Les nationalités représentées sont très diverses : allemande, américaine, anglaise, bulgare, canadienne, française, israélienne, italienne, japonaise, lettone, russe et ukrainienne. Un tel florilège crée une ambiance particulièrement agréable en cours, dans un remarquable esprit d'ouverture à l'autre.

Les élèves sont testés en début d'année, afin d'être orientés vers le cours le plus approprié pour eux : 2ndes FLE 1 (grands débutants), FLE 2 (élèves apprenant le français depuis quelques mois ou quelques années), ou FLE 3 (élèves relevant plutôt du FLS, français langue seconde). Les jeunes gens dont j'ai eu la charge sont ceux de FLE 2. Leurs profils sont les suivants :

  • des élèves étrangers qui souhaitent obtenir un baccalauréat français, le plus souvent à option internationale, ou un IB (bac international anglophone, mais dont une des matières au programme est le français), et qui ont déjà suivi un enseignement en FLE.

  • Des élèves français qui ont vécu à l'étranger, et qui ne sont donc pas, a priori, habitués au système éducatif français, ni au maniement traditionnel de notre langue.

  • Des élèves stagiaires qui restent soit une année complète, soit plusieurs semaines ou plusieurs mois dans l'établissement, afin d'étudier la langue et la littérature françaises.


 

Fonctionnement de la classe.


 

L'orientation qui émane des tests de début d'année n'est pas intangible : un élève de FLE 1 peut très bien passer dans le groupe de FLE 2, si ses résultats progressent de manière sensible. De même, un adolescent de 2nde FLE 2 peut basculer en FLE 3, voire en français traditionnel. Les élèves suivent soit la totalité des autres matières avec les camarades de leur classe, soit quelques heures de celles-ci, selon leur profil, leur projet et leur niveau. Les groupes de FLE communiquent donc potentiellement de l'un à l'autre, et certains élèves parviennent en cours d'année à rejoindre leur classe « mère » dans la totalité de son emploi du temps, cours de français traditionnel compris. Ce cas ne représente bien évidemment pas la majorité : la nécessité d'installer l'élève dans le groupe qui lui convient est évidente. Une immersion directe dans une classe traditionnelle, voire de très bon niveau pour celles de sections internationales, aurait toutes les chances de décourager l'élève, et de le conduire à l'échec.

Quoi qu'il en soit, le but ultime, l'horizon vers lequel l'enseignement doit se projeter est le suivant : parvenir, dans la mesure du possible, à faire d'un élève relevant du FLE (français langue étrangère) un élève dont le niveau soit celui du FLS (français langue seconde), seul niveau possible pour passer le baccalauréat en France. Une majorité de ces élèves de seconde est en effet amenée à passer l'EAF en classe de 1ère.

Le volume horaire est de 6 heures par semaines. Certains élèves, notamment les stagiaires, pour des raisons d'emploi du temps, assistent à 4 heures hebdomadaires seulement. Le nombre d'élèves fluctue entre 10 et 16.

Le programme comporte les mêmes objets d'étude que dans une classe de 2nde traditionnelle, perspective de l'EAF oblige : le genre narratif ; un mouvement littéraire et culturel du XIXème ou du XXème siècle ; le théâtre ; argumenter, persuader, convaincre ; l'éloge et le blâme ; lire, écrire et publier aujourd'hui ; le travail de l'écriture. En outre, dans la perspective de l'année de 1ère, une attention particulière a été portée à l'acquisition des méthodes indispensables dans le cadre de l'EAF, et pour toute formation littéraire : la lecture analytique, le commentaire, l'écriture d'invention, la dissertation.

La spécificité du cours, par rapport à l'enseignement en classe de 2nde traditionnelle, réside dans le fait que :

  • les textes abordés font en premier lieu l'objet d'une explication littérale poussée, qui permet l'acquisition d'un vocabulaire nouveau. C'est seulement après cette première étape qu'intervient une interprétation littéraire.

  • Les extraits abordés sont généralement plus courts, surtout au premier trimestre.

  • Enfin, ces textes servent également de support à des cours de pratique raisonnée de la langue (d'ordinaire abandonnée dans une classe de 2nde traditionnelle, en français), par méthode inductive.


 


 

Difficultés rencontrées et remédiation.


 

Les origines et les particularités diverses des élèves, ainsi que le fait que tous ne suivaient pas le même nombre d'heures de cours, pouvaient faire craindre une forte hétérogénéité, au sein de la classe. Deux éléments majeurs ont permis de l'éviter, et même de créer une identité propre au groupe :

  • le socle des connaissances et des méthodes mentionnées ci-dessus a été reparti tout au long de l'année sur les blocs horaires où le plus grand nombre d'élèves étaient présents.

  • Le nombre raisonnable d'élèves (comparable à celui d'un groupe de module en 2nde traditionnelle) a facilité une pédagogie différenciée adaptée.


 

Par ailleurs, en début d'année, les supports filmiques ont constitué un recours précieux, notamment dans l'optique de la lecture analytique ou du commentaire. En effet, de même que les figures de style littéraire sont destinées à être interprétées, de même les choix d'un réalisateur méritent d'être commentés. Certaines équivalences stylistiques ou narratologiques sont pertinentes : fondu enchaîné et ellipse narrative, caméra subjective et focalisation interne, contre-plongée et hyperbole, par exemple. L'étude de ces « figures de style non verbales », puisque passant par le prisme de l'image, a été bienvenue pour des élèves ne maîtrisant pas encore bien la langue, ou la métalangue de l'analyse, surtout au 1er trimestre. Tout cela a ensuite été réinvesti dans des supports textuels, bien naturellement.


 


 

Résultats.


 

En ce qui concerne les élèves présents tout au long de l'année, seuls deux d'entre eux présentent encore d'importantes lacunes. Tous les autres ont fourni les efforts nécessaires pour que cette année leur ait été utile, et se soit révélée efficace, dans la perspective de la suite de leur formation, quelle qu'elle soit.


Date de création : 12/11/2006 @ 20:17
Dernière modification : 06/11/2009 @ 17:54
Catégorie : FLE
Page lue 898 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^